Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

13 novembre 2016 7 13 /11 /novembre /2016 15:12
Perfect Sky (by Luca Parmitano ESA)

Perfect Sky (by Luca Parmitano ESA)

Un an après, ces jours d'effroi et de peine restent gravés dans nos mémoires.

Je vous avoue pourtant être un peu mal à l'aise quand l'émotionnel prend le dessus chez ceux dont cela ne devrait à mon sens pas être le rôle. Les responsables politiques, dont on attend action et sagesse, plutôt que larmes et angoisses. Les médias, dont on aimerait qu'ils ne jouent pas sur nos cordes sensibles.

Bien sûr, les larmes sont humaines. Inextinguibles sur le moment. Compréhensibles pour ceux qui sont touchés - un an, c'est bien court. Réconfortantes quand nous, citoyens, marquons notre solidarité et notre devoir de mémoire.

Qu'elles coulent donc quand elles font du bien. Mais, comme ce Bataclan qui revit à la musique, que la vie reprenne ses droits.

Pour tout cela, à partager, les mots du poète, de la vie, de la résistance.

Pour ceux qui sont tombés, pour ceux qui restent.

Pour ceux du 13 Novembre, et pour les autres, avant, et après.

Pour le pays, qui a besoin d'honorer les mémoires, mais aussi de continuer à vivre, sans donner raison à ceux qui voudraient lui faire mettre mettre genou en terre.

Pour nous, hommes et femmes libres.

 

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau
commenter cet article

commentaires