Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une socialiste de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

Archives

19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 11:17

Crédit photo : ESA

Cette nuit du 20 octobre vers 3h45 (CEST, heure de Paris diront certains) mon cœur battra un peu plus fort.
Car nous y voilà. A Kourou, BepiColombo attend sous la coiffe d'une Ariane5, prêt pour décoller vers Mercure.
Une belle mission, complexe comme on les aime : une coopération ESA (l'Agence spatiale européenne) JAXA (l'agence spatiale japonaise), un mode croisière avec un assemblage de deux orbiteurs qui se sépareront à l'arrivée, après un long et compliqué voyage de 7 ans, la fournaise de Mercure à affronter après le froid de l'espace... Bref, que du bonheur pour ingénieur-e-s et scientifiques !
Pour en savoir plus :  http://sci.esa.int/bepicolombo/

Mais aujourd'hui c'est une phrase de l'ancien Directeur Général de l'ESA Jean-Jacques Dordain qui me revient : "le spatial, c'est des gens".
Des gens qui ont mis dans Bepi un peu, parfois beaucoup, d'années de travail. Un peu, parfois beaucoup, de leur vie. Un peu, parfois beaucoup, de sueur, de stress, de charge, de jus de cerveau. Mais aussi beaucoup, toujours, de collectif. Travailler ensemble pour cet objectif commun, lointain mais concret.
Ensemble, dans la diversité. Car le spatial, c'est aussi la planète, et pour nous l'Europe. Cela n'efface en rien la satisfaction des contributions nationales ou locales. Je comprends les réactions politiques qui vantent les réalisations économiques de leur territoire. Mais, je le dis amicalement à certains, c'est à des années lumières de l'esprit de travail du domaine.
Alors oui, les logiciels de vol centraux ont été développés à Toulouse. Le tout sous maîtrise d'œuvre allemande. Pour le compte de l'ESA. X lieus, x nationalités, voilà le quotidien. Pour une fois que l'Europe a une réalité concrète, humaine, ne la réduisons pas en tirant la couverture à soi ici ou là.
So, Bepi is on its way to Mercury. Now waiting for launch. My heart between Toulouse, Kourou, Darmstadt, Friedrichshafen... With Bepi teams. So happy and proud to have worked with you for this beautiful mission. Space = people.
Fingers crossed. Infinity and beyond.

Pour suivre le tir : Via l'ESA ou Via le CNES

Crédit photo : Arianespace

Crédit photo : Arianespace

Partager cet article
Repost0

commentaires