Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:13

rosetremiere.jpg

Trois, deux, un, zéro : c'est parti, lancement réussi pour 2013 !

Après une année 2012 pleine de changements, mais tout autant d'attentes, tous mes voeux en ce premier jour de 2013 pour une année paisible et active, sereine et militante, douce et remplie.

Que 2013 vous apporte, vous qui me lisez ici, joies et bonheurs dans tous les recoins de vos vies. Tous mes voeux, à ma famille aimée tout d'abord (avec mention spéciale d'années bac à deux blondes qui selon leurs propres termes ne le sont pas intérieurement, miss T. et mamzelle A.). A vous mes camarades d'engagements, vous camarades de combats syndicaux parfois fatigués mais toujours là sur le dur terrain du pays qui perd ses emplois et presse comme des citrons ceux qui ont en un, et vous camarades militants politiques qui avez donné des heures et tant d'énergie pour chasser cette droite dont nous ne pouvions plus, et porter un espoir de changement. Maintenant.

Les mots à partager cette année seront empruntés à Louis Aragon (coucou les héritiers ayant-droit, dites moi si cela vous contrarie surtout...)

La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Tous deux adoraient la belle 
Prisonnière des soldats 
Lequel montait à l'échelle 
Et lequel guettait en bas 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Qu'importe comment s'appelle 
Cette clarté sur leur pas 
Que l'un fut de la chapelle 
Et l'autre s'y dérobât 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Tous les deux étaient fidèles 
Des lèvres du coeur des bras 
Et tous les deux disaient qu'elle 
Vive et qui vivra verra 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Quand les blés sont sous la grêle 
Fou qui fait le délicat 
Fou qui songe à ses querelles 
Au coeur du commun combat 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Du haut de la citadelle 
La sentinelle tira 
Par deux fois et l'un chancelle 
L'autre tombe qui mourra 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Ils sont en prison Lequel 
À le plus triste grabat 
Lequel plus que l'autre gèle 
Lequel préfère les rats 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Un rebelle est un rebelle 
Deux sanglots font un seul glas 
Et quand vient l'aube cruelle 
Passent de vie à trépas 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Répétant le nom de celle 
Qu'aucun des deux ne trompa 
Et leur sang rouge ruisselle 
Même couleur même éclat 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
Il coule il coule il se mêle 
À la terre qu'il aima 
Pour qu'à la saison nouvelle 
Mûrisse un raisin muscat 
Celui qui croyait au ciel 
Celui qui n'y croyait pas 
L'un court et l'autre a des ailes 
De Bretagne ou du Jura 
Et framboise ou mirabelle 
Le grillon rechantera 
Dites flûte ou violoncelle 
Le double amour qui brûla 
L'alouette et l'hirondelle 
La rose et le réséda

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Evasions
commenter cet article

commentaires