Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 13:20

Nous voilà sortis apparemment de ces quatre jours complètement délirants, et complètement désespérants. J’ai poussé un gros ouf de soulagement hier soir, de voir cet incroyable battage médiatique se finir et cette très vilaine page se tourner.

Ouf aussi, car vraiment, je n’ai pas la même conception de l’action politique ni du PS que Ségolène Royal. Alors oui, je suis soulagée que dans ce contexte Martine Aubry soit notre premièr-e secrétaire.

Pour autant, je n’ai pas envie d’y revenir, car les difficultés sont devant nous, et je crois que c’est de l’avenir qu’il faut se préoccuper plutôt.

Ancrage à gauche, rassemblement, renouvellement, renaissance, ce sont les mots de Martine Aubry, ainsi qu’une main tendue à Ségolène. Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, ce ne sera pas facile, et dès ce matin, 2012 revient sur le tapis. J’espère que tous les militants seront là pour, ensemble, dépasser ce moment et rappeler partout, y compris à nos dirigeants préférés, que nous sommes condamnés à réussir. Cela ne veut pas dire dénaturer les choix sur la ligne politique et la conception du parti dans une espèce de machin sans contenu. Mais cela veut dire savoir travailler ensemble dans un même but.

Le parti socialiste est de retour, ici l’intervention en ce sens de Martine Aubry au Conseil National.

Maintenant, chacun à sa place, camarades, mettons donc de côté les excès de certains des derniers jours, retroussons nos manches, et passons à la suite. Que, comme l’a dit ce matin Arnaud Montebourg, de la vieille chenille, sorte un beau papillon, enfin, ce Nouveau Parti Socialiste que nous espérons tant.

C’est assez commun de citer Jaurès, mais je ne résiste pas au réconfort d’une de mes formules préférées : « L’histoire enseigne aux hommes la difficulté des grandes tâches et la lenteur des accomplissements, mais elle justifie l’invincible espoir ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article

commentaires