Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 21:46

19juin2013.jpg

Lourd et pesant était le ciel au-dessus des hauts murs de Saint-Etienne ce midi à Toulouse.

A l'image de l'ambiance des discussions devant la Préfecture, où la CGT appelait à un rassemblement, à la veille de la deuxième Conférence Sociale.

On y parlait naturellement retraites. P....n, 44 ans !

Je vous avoue que, depuis quelques jours, je ne décolère pas, en entendant les "bien entendu" et les "c'est inéluctable" de ceux qui voudraient faire croire qu'il n'y aurait pas d'alternative à l'allongement de la durée de cotisations.

Allez donc expliquer à des ex Molex, mis dehors, avec une moyenne d'âge élevée, et dont beaucoup n'ont pas retrouvé de travail, qu'il est "inéluctable" de travailler plus longtemps.

Allez donc expliquer à un jeune diplômé, que l'on a incité à faire des années d'étude, qu'il devra encore être au travail à 67 ans, et, "bien entendu", performant et engagé, comme disent les DRH.

Tous vous riront au nez. Jaune.

Car alors que certains élus s'accrochent à un mandat jusqu'à vouloir mourir en place, dirait-on, la réalité pour beaucoup de salariés est que devenir un "senior" signifie connaître le chômage ou vivre dans son inquiétude, à partir de 55, 50, voire 45 ans.

N'oublions pas en effet que (par ordre d'apparition à l'écran) l'âge moyen de cessation d'activité n'est PAS l'âge légal de départ à la retraite (60 ans) qui n'est PAS l'âge moyen de départ à la retraite qui n'est PAS l'âge de liquidation de la retraite à taux plein (65 ans).

Et au delà de cette incohérence, est-ce le modèle de société que porte la gauche ? Les progrès conduisant à l'allongement de l'espérance de vie doivent-ils conduire de manière "inéluctable" à consacrer plus de temps de vie au travail ?

Voulons-nous appliquer le modèle allemand où papy et mamy bossent dur ?

Qu'une reforme soit discutée, personne ne le conteste - les réformes de droite n'ayant, comme prévu, rien réglé du tout.

Mais pas comme ça, pas avec ce rouleau compresseur venu du MEDEF, à coup de "bien entendu" évacuant la question des ressources.

La discussion doit démarrer sur d'autres bases. Lisez les propositions de la cgt. Ou un article de 2010 de la Fondation Copernic, 10 contre-vérités sur les retraites, toujours d'actualité.

Mais je m'inquiète sans doute inutilement en ce qui me concerne. Il y a peu, alors que nous discutions, dans une réunion PS, des règles de non-cumul pour les prochaines échéances, j'ai pu entendre qu'en ce domaine il ne pouvait, BIEN ENTENDU, y avoir de rétroactivité.

Puis-je donc égoïstement être rassurée, moi qui, embauchée, à 25 ans moins 3 mois, ai signé pour 37 ans 1/2 de cotisations et un calcul sur les 10 meilleures années ? Les réformes ne pourront pas m'être appliquées en changeant les règles rétroactivement. Hé hé hé. Bien entendu !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article

commentaires