Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

4 février 2007 7 04 /02 /février /2007 18:14

J’étais vendredi à Lavaur, dans cette jolie Halle aux Grains, pour le lancement de la campagne législative de Monique Collange avec le soutien d’Arnaud Montebourg.

Nous avions rendez-vous à 18h00, pour une réunion du collectif d’animation de Rénover Maintenant 31 avec Arnaud. C’est ainsi que nous faisons à chacune de ses venues (la dernière fois, c’était à Toulouse, avant l’investiture de Ségolène Royal , pour une réunion, dont je n’avais pas eu le temps de parler ici, qui avait vu la salle de Barcelone pleine à craquer). Je dis cela pour ceux qui imaginent que le PS est fait de militants soldats qui tractent et de dirigeants qui trônent dans de hautes sphères. Et non, en tout cas pas chez les rénovateurs et pas avec Arnaud Montebourg, toujours également accessible, avec ses amis comme avec un citoyen qui s’adresse à lui.

Dans un petit coin de la salle, nous avons donc discuté, au calme et très sérieusement, de la situation politique. Ce blog n’est pas le lieu de détailler nos propos. Il ne s’agit pas de rétention d’information (ceux qui me connaissent savent que j'aime la transparence) mais de simple respect des participants. J’ai été choquée de voir que le contenu d’une réunion interne pouvait être diffusé à la presse ou en vidéo sur internet. Et puis tiens, si vous qui me lisez avez envie de participer plus directement à notre aventure politique, c’est simple : adhérer au PS, inscrivez-vous à RM !

Je dirai donc simplement que nous avons retrouvé Arnaud comme nous le connaissons, loin de l’image que certains voudraient donner de lui: déterminé et tenace sur la ligne politique, lucide sur la difficulté de notre tâche, de plein pied dans la campagne, direct et combatif, clair et net sur l’immense responsabilité que nous avons d’empêcher le dangereux candidat de la droite de prendre le pouvoir.

Nous lui avons dit nos inquiétudes, le sentiment d’une Ségolène trop seule face à une droite injurieuse, d’un parti dont certains notables ont du mal à rentrer dans la campagne. Il nous a donné son analyse politique. Nous verrons dans les prochaines semaines ce qu’il en est. En tout cas, comment notre candidate pourrait-elle se passer d’un tel porte-parole? Pour ses qualités de bretteur face à la droite, et pour le courant d’idées qu’il représente. C’est inconcevable, et parions que cela ne durera pas. Espérons que d’autres aussi d’ailleurs parleront plus fort, que nous n’entendons pas beaucoup au national. « Les cartons jaunes sont distribués à ceux qui travaillent, pas à ceux qui dorment derrière », a dit avec humour Arnaud dans la soirée.

Nous sommes allés ensuite prendre des forces. Débarquement dans une brasserie à deux pas, steak-frites pour tout le monde, joyeux bazar et discussions fraternelles. A peine le temps d’avaler le café, nous voilà de retour dans la Halle, cette fois bien remplie, jusqu’aux gradins du fond où nous avons trouvé place. 300 personnes peut-être, pour Lavaur, un bon signe.

Est-ce l’esprit de Jaurès qui flotte sur ces lieux ? Le jeune suppléant de Monique Collange a démarré par une intervention enflammée, virulente contre la droite, pleine de vérité sur la désespérance de la jeunesse.

Puis Monique Collange s’est exprimée. Elle a parlé de démocratie et de la crise de confiance envers le politique, et de la nécessité d’y répondre. Un discours de parlementaire, d’une camarade que l’on devine rigoureuse et sérieuse, soucieuse d’égalité et d’action réelle.

L’intervention d’Arnaud a été, encore une fois, un ballon d’oxygène, dans cette campagne lamentable où la droite et les médias du pouvoir voudraient nous entraîner. Je vois quelques sourires derrière l'écran. Ah bon, l’estime que j’ai pour le camarade Arnaud ne me rend pas objective ? Ah oui, je suis partisane de lui trouver tant de qualités? Et bien, j’invite ceux qui penseraient cela à venir se faire leur propre opinion à une prochaine réunion. On peut bien entendu ne pas être d’accord avec ce qu’il dit. Mais ce qu’il dit, c’est ce qu’il pense, et ce qu’il pense, c’est construit, avec constance et conviction. C’est du fond, du solide, une vision d’avenir, celle des rénovateurs, exprimée avec brio. Je n’ai vu à toutes les réunions qu’une assistance scotchée. Pas de tralala ni de claque polie, mais de l’écoute attentive.

Mais je m’emballe, … revenons à Lavaur. Je ne saurais retranscrire le discours, simplement quelques éléments retenus sous forme d’abécédaire tarnais.

D comme Débats. Le propos a commencé par la démarche de « Ségolène la rénovatrice », qui a voulu redonner la parole aux citoyens. Les débats participatifs sont un réel succès partout. C’est la réalité sociale qui s’y exprime, celle qui voit le camping de Louhans, Saône-et-Loire, rempli en hiver de ceux qui ne peuvent se loger ailleurs. En ressort principalement le refus de ce libéralisme sauvage qui broie les plus faibles. Ces débats doivent nous donner beaucoup de courage pour apporter les réponses à la hauteur.

R comme République. Car la réponse passe d’abord par la république moderne. Celle de Pierre Mendès France, celle qui nous donnera les outils pour les transformations politiques que nous voulons faire.

J comme Jeunesse. Il faut redonner à la jeunesse l’espoir qu’elle n’a plus, au lieu de l’anxiété de l’avenir, dans une société inversée qui voit les parents devoir aider leurs enfants qui risquent de vivre moins bien qu’eux.

G comme de Gaulle. Une référence peu habituelle chez Arnaud Montebourg, pour rappeler la nécessité de se réconcilier à l’intérieur du pays pour mieux pouvoir exister avec l’extérieur. Il est vrai qu’au sortir de la guerre le compromis social a rassemblé gaullistes, socialistes, communistes, et que Thorez alors fut ministre de De Gaulle. La droite fait l’inverse, présentant la mondialisation libérale comme la règle à laquelle il faut s’adapter, augmentant la dette et ruinant le pays pour mieux lui faire avaler la « potion amère » du libéralisme.

S comme social. Le pacte social, c’est d’abord recréer la démocratie sociale. Tous les ingrédients d’une révolution sont là. Fut cité Carrefour, qui augmente les salaires de 1,7% en même temps que les dividendes aux actionnaires de 27% ! Mais aussi Forgeard et ses célèbres stock-options, qui nous sont chères en région toulousaine. Ce que feront les socialistes n’est pas une révolution mais une refondation. Règles de représentativité, question du syndicalisme de masse, accords majoritaires en sont des éléments.

S comme SMIC aussi. Il sera relevé, mais il faut aller plus loin sur l’échelle des salaires, par des négociations salariales. Cela doit reposer aussi sur une évolution de l’assiette des cotisations sociales vers la valeur ajoutée des entreprises, pour peser moins sur les seuls salaires.

P comme précarité. Un sujet central, et une grande négociation pour une sécurité professionnelle sera à mener.

I comme Imposture. Les mots de la fin furent justement sévères pour un Sarkozy qui cite Jaurès et va parler aux travailleurs avec presque les mots d’Arlette, mais se fait ovationner aux assemblées du MEDEF. A qui ment-il ? Arnaud sortit son petit carnet pour citer Washington Post et New York Times, rapportant les propos d’un ministre parlant de « la diplomatie maladroite de son gouvernement ». Nicolas Sarkozy aurait-il, lui, envoyé la France en Irak ?

Voilà pour un aperçu d’une soirée politique, qui s’est terminée en toute simplicité autour du verre de l’amitié, comme on dit, qui était aussi, je crois, le verre de l’espoir.

Merci à Eric Degand, rénovateur paparazzi, pour l'ensemble des photos.

Un montage vidéo du discours d'Arnaud est en ligne sur le site Rénover Maintenant.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Rénovation
commenter cet article

commentaires

RSVP 15/02/2007 10:26

Bonjour,très beau récit. Nous autres rénovateurs avons toute notre place das cette campagne. C'est heureux.Blog très intéressant en général et dans notre sensibilité (C6R, RM, etc.): échangeons des liens?amitiés socialistes.

Marie-AgnÚs Gandrieau 17/02/2007 22:22

Merci pour ton aimable et encourageant commentaire.Toute notre place, c'est heureux en effet, car il y a du travail !Enfin, si seulement nous réussissons la transition vers la 6e République, et tout ce que nous espérons qu'elle changera, nous serons récomponsés.Je découvre le site RSVP, très varié, que je vais ajouter en lien de ce pas.