Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 23:45

Mardi était une de ces soirées militantes fatigantes mais riches.

Pierre Cohen inaugurait son local de campagne pour les législatives. Je n’ai pu y assister, j’ai dû choisir ma militance du jour. Nous avions prévu au même moment de faire du porte à porte à Lauzerville. Sous le soleil, heureusement, mais les pentes de nos coteaux étaient bien raides après une journée de travail. C’était la première fois sous cette forme dans cette campagne, et c’était un plaisir. La brochure présentant le pacte présidentiel sous le bras, en petite équipe, nous avons donc sonné ici et là, accroché quelques passants ou habitants dans leurs jardins. Probablement plus habitués, dans ces lotissements péri-urbains où s’installent beaucoup de « jeunes cadres dynamiques », à rentrer chez eux tranquilles après le travail qu’à discuter politique dans leur jardin. L’accueil a été comme sont les humains : divers. Des distants, derrière leur porte vite refermée ou les grillages de leur jardin, polis mais sans envie de parler. Des décidés à ne pas voter pour elle, mais qui prennent avec le sourire tout de même. Des décidés à voter pour elle, heureux de nous voir et de partager nos appréciations de militants. Et surtout des indécis : ils ne sont pas que dans les sondages mais étaient bien réels, ceux qui nous disaient qu’ils ne s’étaient pas encore préoccupés de..., ou qu’ils n’avaient pas choisi qui..., ou que personne vraiment .... Prêts à discuter, contents de recevoir de quoi lire un peu plus au moins. En tout cas, rien à voir entre ces contacts là et un tract mis dans une boîte. On avance moins vite, mais en plus d’être plaisant, je pense que c’est bien. Pour essayer de convaincre, bien sûr, mais aussi pour donner une autre image de la politique. Celle qui est sur le terrain, portée par des militants ordinaires. Qui sait, peut-être est-ce ainsi que pourra être reconquise peu à peu une chose si simple et si belle : la politique au cœur de la vie de la cité.

Le temps d’avaler quelques pâtes reconstituantes, et j’étais à Saint-Orens pour la réunion publique de Pierre Cohen avec Marylise Lebranchu, sur le thème « Violences, Education, Justice ». La salle des Aînés était pleine, et je pense que les participants n’ont pas regretté leur soirée. Une de celles où on se sent plus intelligent en partant qu’en arrivant. La camarade m’a impressionnée, par sa manière limpide de s’exprimer, mêlant une hauteur de vue et des exemples concrets, posant ses idées avec clarté, fermeté et calme à la fois, de manière très forte contre Sarkozy mais sans hausser le ton. Gravité est le mot qui me vient pour l’atmosphère générale. Dans cette campagne quelque peu éparpillée, où nous avons vu de plus apparaître Bayrou l’illusionniste, ne perdons pas la mesure du combat à mener contre le danger que représente Nicolas Sarkozy.

Mais il se fait tard, j’en dirai plus un autre jour ...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans En campagne
commenter cet article

commentaires

Claudie 13/04/2007 14:03

Bravo pour votre action militante .En espérant qu'elle va payer.

Marie-AgnÚs Gandrieau 15/04/2007 23:39

Je ne sais pas si tout cela va payer, mais ce que je sais, c'est que ça ne risque pas d'être utile si on ne le fait pas ! Et puis oui, je crois au travail de fourmi, à la force de la parole en face, au temps pris à discuter. Nous verrons bien.Et merci mais je ne crois pas mériter de bravo. Militer, c'est parfois réfléchir et débattre, mais aussi parfois agir, tout simplement. Et si c'est du temps et de la fatigue, c'est aussi la grande satisfaction de ne pas être passif.Ceci dit, il y a de multiples manières d'agir, pas seulement le porte à porte. Utiliser internet par exemple, vers la famille, les amis ( voir sur le site national du PS, plein de liens utiles, le pacte présidentiel en bref, etc.). Parler aux collègues, saisir l'occasion dans les cercles et lieux où l'on va. Les convaincus sont imaginatifs, j'en suis sûre!