Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 12:48

Au neuvième jour de l’ère Sarkozy, difficile encore d’accepter ce qui se présente à nous. Peut-être est-ce pourquoi j’ai eu du mal à revenir poser mes pensées sur ce blog. D’abord quelques jours d’évasion à la mode du moment – partons prendre l’air, sans dire où, pour habiter la fonction d’opposante rénovatrice … à la différence qu’il s’agissait d’un petit village des Pyrénées, dont j’ai appris après, d’ailleurs, qu’il avait voté Ségolène à 66 %, heureux lieu. Nous n’avons pas les mêmes valeurs, monsieur le président et moi. Puis revenir, atterrir, digérer… et repartir, car nous avons devant nous des échéances très importantes.

Ci-dessous l’intervention que j’ai faite jeudi dernier en Conseil Fédéral.

Cher-e-s camarades,

Je ne crois pas être un grand stratège ni une fine analyste, et je n’ai aucune certitude sur ce qu’il convient de faire pour nous sortir de la difficile situation dans laquelle nous sommes.

Ce que je voudrais dire ce soir, c’est simplement ce que je ressens. De la tristesse, des blessures, mais aussi de l’espoir.

Car j’avais fait un rêve, moi aussi. Pas le même que celui d’un certain candidat, mais celui d’un PS rénové, un grand parti qui sache retrouver le cœur du peuple de gauche, qui aille de l’avant et sorte de ses échecs.

La défaite est là. Elle m’attriste bien sûr. Comme chacun d’entre nous, enfin je le suppose. Elle m’attriste pour mon parti, pour la gauche toute entière, pour cette formidable régression idéologique que nous n’avons pas su contrer dans la société. Et surtout elle m’attriste pour le pays, et ceux que nous sommes censés représenter, ceux qui vont le plus souffrir de l’arrivée de cette droite si dure et de son dangereux leader.

Mes blessures, ce sont les conditions de la défaite, et ce qui se passe depuis.

Oui, cela me blesse, cela me choque, d’entendre ainsi les réquisitoires d’après 20 heures. Certes, nous avons perdu, ne nous exonérons surtout pas de faire le bilan. Mais pas maintenant, pas comme ça. Les coups durs ont été nombreux pendant cette campagne. Ceux qui me peinent particulièrement, ceux qui me blessent, ce sont ceux qui sont venus de notre propre camp. Il nous faudra bien aussi en tirer leçon, plus tard.

Depuis dimanche, j’entends partout le mot rénovation, et même celui de refondation. C’est bien. Nous étions un certain nombre, nous rénovateurs, à faire cette analyse dès 2002. Certains nous expliquaient alors que nous exagérions, que les raisons de ce séisme étaient ailleurs, qu’il ne s’agissait pas de refonder mais de repartir à la conquête d’un pouvoir que forcément les jeux de l’alternance politique nous redonnerait. Que de temps perdu depuis cinq ans ! Sur le fond, sur certains sujets, notre parti a choisi le non choix. A force de ne pas trancher, le résultat est là : trop était encore à faire après nos congrès, et les questions de personnes ont éclaté immédiatement après, venant évidemment affaiblir la campagne que nous avions à mener.

Alors oui il est dommage, bien dommage que nous ayons perdu tout ce temps.

Mais ce qui est fait est fait. Maintenant, que faire ?

Il me semble qu’il est temps de tourner une page. C’est tout de même ce que les électeurs ont dit, ce que nous avons senti dans cette campagne, ce que beaucoup ici, quelque soit leur sensibilité et leur expérience, ont d’ailleurs reconnu : un besoin de renouveau. Mais encore faut-il donner un contenu à ce renouveau.

D’abord les législatives, bien sûr, serrons nous les coudes et limitons les dégâts. Et ici en Haute-Garonne, et à Toulouse notamment, avons-nous au moins des raisons d’espérer plus que d’autres. Rassemblons-nous donc pour cela, de toutes nos forces.

Ensuite viendra le bilan, que j’espère nous saurons faire complet, sans agressivité mais sans complaisance envers nous-même.

Puis enfin la reconstruction, la vraie, celle de notre idéologie. Ne cédons pas aux réflexes ou à la facilité. Si Nicolas Sarkozy a gagné, c’est qu’il avait un parti en ordre de marche, et surtout une ligne claire et assumée. Je ne nous souhaite certes pas de fonctionner comme l’UMP, mais je pense indispensable d’enfin nous atteler à cette tâche. Mais ne mettons pas une nouvelle fois la charrue avant les bœufs. Je ne pense pas que nous devions parler d’alliance avant d’avoir redéfini notre ligne politique. J’espère que nous saurons éviter les formules toutes faites, « plus à gauche », « vers le centre »… avant de travailler à ce que cela veut dire. Travaillons donc, et si besoin, tranchons clairement. Qu’est ce qu’être socialiste aujourd’hui, et surtout qu’est-ce qu’être socialiste demain ? Nous devons avant tout autre chose construire cette réponse, une réponse adaptée à notre temps.

Nous avons du travail. Mais, et là est mon espoir, nous avons aussi une force militante, des nouveaux adhérents qui d’ailleurs ont participé fortement à cette campagne, des camarades de talents qui ont émergé au plan national, une nouvelle génération politique qu’il faut laisser s’exprimer. Nous avons tout de même effacé 2002 par les résultats. Un cycle s’achève. Cela n’est pas triste, cela ne signifie en rien renier notre passé ni ceux qui l’ont construit, cela veut dire garder espoir pour construire l’avenir. Remontons nous les manches. Faisons taire les ego, et surtout ne revenons pas en arrière. Avançons, maintenant, ensemble.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article

commentaires

arno 18/05/2007 12:41

Depuis 3 mois j'ai ouvert un blog politique sur http://desirsdavenir86000.over-blog.net/ Ce blog est consacré à Ségolène Royal qui va sans doute devenir prochainement la chef de l'opposition et elle sera sans doute notre candidate pour les élections présidentielle de 2012. Venez nombreux voir ce blog malgré vos appartenance politique,il est ouvert à tout le monde. Pourriez vous mettre un lien vers mon blog s'il vous plait!!! Nous vous remercions tous pour cette belle campagne présidentielle et nous remercions Mme Ségolène Royal qui a fait une très bonne campagne et qui a su nous redonner le goût de la politique. Vous pouvez dès maintenant vous abonnez à la Newsletter.

Jacques De Paoli 15/05/2007 17:58

Oui ,Marie-Agnès Gandrieau, la formule est bonne. De Belgique, je dirais : avançons, "ensemble autrement".