Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 23:10

J'ai pris le temps de la réflexion, et fait tranquillement mon choix cet été parmi les candidats aux primaires : pour moi, c'est clair, c'est Arnaud Montebourg.

Voici quelques raisons de ce choix, dans un article publié sur Des Idées et des Rêves 31, le blog de soutien de cette candidature en Haute-Garonne.

 

Lavaur2007.jpgDes idées et des rêves 31 : Tu as choisi de soutenir la candidature d’Arnaud Montebourg, pourquoi ?

Marie-Agnès Gandrieau : C’est un choix mûrement réfléchi. La responsabilité de la gauche est écrasante pour 2012. Nous devons faire le meilleur choix pour battre cette droite qui a fait tant de dégâts, surtout pour ceux que les socialistes ont vocation à défendre. Mais il serait terrible de gagner en 2012 pour décevoir juste après. Il faut donc aussi faire le choix d’une ligne qui réponde réellement aux crises que nous vivons : crise économique et financière, sociale, écologique, politique – n’oublions pas les leçons de 2002, que le Front National est toujours là, et le taux d’abstention aux élections récentes inquiétant. C’est pour tout cela que j’ai choisi Arnaud Montebourg. Je connais Arnaud depuis de nombreuses années, ayant été de ceux qui avec lui ont considéré que le 21 avril 2002 imposait de construire un nouveau Parti Socialiste, rénové et ancré à gauche. Il porte aujourd’hui avec sa candidature les idées qu’il défend depuis longtemps. Je constate que ces idées ont progressé partout. L’intérêt suscité par le premier débat télévisé montre qu’il avait raison de vouloir ouvrir portes et fenêtres avec ces primaires dont il est à l’initiative. Comme il avait raison d’être intransigeant avec le fonctionnement de certains notables dans l’appareil socialiste. Quant à l’analyse de la mondialisation financière ou de la construction européenne mal orientée, elles sont maintenant au cœur du débat public.

DIDR31 : Donc, un choix de fidélité aux idées et à l’homme ?

MAG : Continuité certes, mais on ne peut le résumer à ça. 2012, ce n’est pas un congrès du PS, c’est le choix du candidat à la présidence de la république ! Le mien se base avant tout sur la conviction qu’il faut proposer une alternative plus audacieuse que la simple adaptation, même sociale, d’un système qui conduit dans le mur tant de peuples. Il est trop tard pour se contenter de rustines. La seule issue, c’est de redonner pouvoir à la politique qui a démissionné devant les « marchés » et la finance.

DIDR31 : On parle beaucoup de « démondialisation », mais ses détracteurs disent qu’on est loin de la réalité et du possible, qu’en penses-tu ?

MAG : Au contraire, ce qui a fini de me convaincre, c’est la manière de se confronter au réel. Dans mon engagement syndical, j’ai vécu de très près 3 conflits majeurs en Haute-Garonne, 3 groupes mondiaux illustrant le problème parfaitement, hélas : Molex et ses patrons voyous, Continental et son chantage à l’emploi avec mise en concurrence des salariés européens, Freescale et son plan de licenciements. Freescale Toulouse, encore une usine qui devrait fermer, plus de 800 licenciements, alors que la production est au plus haut, les intérimaires en nombre, le marché reparti à la hausse, bref, un plan social injustifié. Mais Freescale est sous LBO, ce mécanisme ravageur qui permet à des investisseurs sans projet industriel, fonds de pension ou autres, de racheter des entreprises en leur faisant ensuite rembourser ce rachat avec des sommes très importantes. Arnaud Montebourg est le seul que j’ai vu parler de ce sujet en proposant de surtaxer les LBO. Cela paraitra peut-être anecdotique à certains, mais pour moi, ça compte. C’est le signe d’une volonté de s’attaquer concrètement au problème de la désindustrialisation massive et à la financiarisation de l’économie, dont je vois les dégâts, industriels et humains, tous les jours.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article

commentaires