Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 11:13

molexDebout2.jpg

Il y a des moments où, je l'avoue, voyant les enjeux de pouvoir prendre le pas sur les convictions, les mesquineries et coups bas sur la camaraderie, les déceptions et couleuvres sur la fierté de voir changer la vie, j'en viens à me demander pourquoi, finalement, consacrer du temps et de l'énergie à l'engagement politique.

Heureusement, il y a aussi ces moments où la fraternité rencontre l'évidence de la nécessité du combat politique, comme syndical, qu'elles qu'en soient les formes.

Mardi dernier 19 mars était un de ces moments. J'étais à l'ABC à Toulouse, à l'avant-première du dernier film de José Alcala "Encore debout", à l'invitation des copains de Molex, que je remercie une fois de plus, pour cela et pour le reste.

Peut-être avez-vous vu le premier, "Molex, des gens debout", qui a été diffusé largement et a rencontré un beau succès il y a deux ans. Le contexte était très différent. Tout cela était encore "à chaud". Je revois la projection à Villemur où je l'avais découvert. J'entends encore le silence, avec le choc pour tous de voir ces images si sensibles et l'émotion qui s'en dégageait. Pour ma part, j'avais été déçue de ne pas revivre à travers ce film la construction de la lutte menée par les Molex. Ce n'était pas le propos, mais pour un certain nombre de ceux qui avaient contribué à l'action, ce film magnifiquement humain était une sorte de frustration. J'ai réalisé ensuite combien il était aussi utile, à travers le regard de tous ceux qui ont découvert grâce à lui un certain nombre de réalités de l'industrie et mis des visages sur le mot "financiarisation".

J'ai ressenti ce deuxième opus très différemment. Bien sûr, il y a toujours de l'émotion à revoir certaines images, de la colère pour d'autres. Mais le temps passant, le recul est venu, pour celui qui filme comme pour ceux qui s'expriment. Si bien, l'un comme les autres. La mise en parallèle de deux dossiers importants, celui de Molex et celui de Célanese, est très intéressante. La proximité de José fait toujours des merveilles pour capter l'aspect humain de tout cela, mais la réflexion se développe à travers les propos, à mes yeux forts et pertinents, des acteurs de ces drames, au sens de l'interpellation politique.

Molex et Célanese ont disparu du devant de la scène médiatique, même si d'importants combats continuent encore à être menés. Mais les fruits de ces combats n'ont pas disparu. Ils doivent nous interpeller, nous militants et responsables politiques : au delà du soutien, qui a été massif et constant, que faisons nous, maintenant, vraiment, urgemment, pour éviter ça ?

Ce film a été diffusé samedi sur France3 Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Il sera rediffusé jeudi 28 mars à 8h50. A voir pour ceux qui le peuvent !

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article

commentaires