Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 14:58

FeteDeLactionnaire.jpg

Cette fin d'année fiévreuse est le parfait moment pour se plonger dans quelques données économiques. Au point où en est ma tête, allons y.

Parce que ça commence à bien faire d'entendre parler de coût du travail. Mais pas d'une manière factuelle, raisonnée, économique. Pas pour réfléchir à la proportion de ce qui pèse sur les revenus du travail par rapport à ce qui pèse sur d'autres revenus. Non, quand on utilise cette expression, c'est la plupart du temps pour bien mettre en avant que nous, salarié-e-s, travailleurs-travailleuses comme disait Arlette, sommes un coût, un poids, un boulet qu'on se traîne, mais qu'il conviendrait de réduire, diminuer, si possible faire disparaître - ah, l'usine sans salarié, le rêve de certains...

Et bien non, nous ne sommes pas un coût, nous sommes ceux qui produisent les richesses et qu'il convient de correctement rémunérer pour cela.

Quelques graphiques sont donc bienvenus pour donner un autre éclairage. Merci de les faire passer à François Lenglet, qu'il puisse les avoir s'il veut les montrer dans le poste en support à ses brillantes analyses (car je ne crois pas qu'il soit syndiqué à la cgt). Les graphiques ont été faits à partir de données INSEE.

Je ne suis pas économiste, je m'exprime avec ma propre compréhension - les experts de passage sont libres d'apporter leurs commentaires.

Bon. Regardons par exemple l'évolution des dividendes par rapport aux indicateurs d'investissement et de salaires.

image-copie-1

La FBCF est la Formation Brute de Capital Fixe.

Définition INSEE : La formation brute de capital fixe (FBCF) est constituée par les acquisitions moins cessions d'actifs fixes réalisées par les producteurs résidents. Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d'autres processus de production pendant au moins un an.

C'est un indicateur très utilisé qui donne une mesure de l'investissement, essentiellement matériel (par exemple achat de machines, bâtiments,...), réalisé pendant une année. Il intègre aussi certains investissements immatériels (par exemple achat de logiciels), mais pas tous. Il inclut ce qui concerne le simple renouvellement d'équipements usés ou obsolètes.

Pour le reste, les courbes se passent de commentaires, non ?

Regardons aussi l'évolution comparée de la part des salaires et des dividendes dans la Valeur Ajoutée.

image-copie-2

 

Définition INSEE : Valeur ajoutée : Solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

La Valeur Ajoutée permet de mesurer la valeur ajoutée par une activité. C'est en gros la différence entre la valeur des produits (le Chiffre d'Affaire pour une entreprise) et la valeur des achats nécessaires à la réalisation du produit (consommations intermédiaires: marchandises, matières premières, services...). Sur ce supplément de valeur, l'entreprise doit rémunérer ses salariés, payer ses frais de fonctionnement (loyers par exemples), ses impôts et taxes, ses investissements, et rémunérer le capital...

Là aussi, les courbes sont plutôt éloquentes, ne trouvez-vous pas ?

Alors, le coût du capital, on en parle ? Augmenter les salaires, on y pense ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article

commentaires