Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 22:57

Demain 19 janvier se tient à la Cité de l'Espace à Toulouse la réunion de synthèse publique dans le cadre des états généraux de l'industrie, pour ce qui concerne leur déclinaison régionale en Midi-Pyrénées.
Rappelons-nous, en 2009, boum, la crise, Nicolas Sarkozy découvrait les problèmes de l'industrie en France et décidait de lancer de quoi trouver une solution illico presto. Son ministre Estrosi découvrait, lui, ce qui se passait par exemple à Molex, le cas d'école, et décidait de faire semblant de trouver une solution dans le dos des salariés et de leurs organisations syndicales. Bref, beaucoup d'agitation.
Je caricature, je suis partisane, je fais un procès d'intention ?
D'accord, voyons le positif : on parle enfin de politique industrielle dans le débat public.
L'objectif annoncé était de "mettre en place une concertation très large, permettant de recueillir les contributions du plus grand nombre afin de définir les mesures d'une nouvelle politique industrielle en France". Ce dispositif devait permettre "de déterminer, avant le 15 décembre, les forces et faiblesses de l'Industrie en France puis de définir un plan d'actions détaillées en faveur d'une nouvelle politique industrielle en France."
La CGT a mis son poids sur cette question et a au moins obtenu cela. Cela fait suite à de nombreuses mobilisations l'année dernière, parfois défensives, suite à un certain nombre de plans sociaux emblématiques (Molex ou Freescale pour ne parler que des plus connus ici en Haute-Garonne), mais aussi offensives, comme par exemple le premier sommet social de la Mecanic Valley, organisé en octobre 2009 à Figeac et qui avait obtenu un beau succès, ou encore les 30 000 manifestants le 22 octobre à Paris pour une manifestation sur la politique industrielle.
Mais on ne peut que constater que le résultat est pour l'instant bien décevant.
Les états généraux ont été déclinés dans les régions, sous la forme d'ateliers de travail sur différents thèmes, le tout bouclé prestement, une réunion pour le diagnostic, une pour les propositions, avant la synthèse publique de demain.
Sur le site de la DRIRE, on trouve une synthèse des discussions des ateliers.
Il est facile de constater que c'est une vision très patronale, qui reflète d'ailleurs la composition majoritaire des participants à ces ateliers, et en conséquence la tonalité générale des débats.
C'est pourquoi, considérant que la parole des salariés n'a pas été entendue, la cgt appelle à un rassemblement, demain mardi 19 janvier, à partir de 9h00, devant la Cité de l'Espace.
Au PS, on parle aussi de politique industrielle, et c'est heureux.
Ce qui s'est passé à Molex ou à Freescale a ainsi été au moins l'occasion dans la Fédération de Haute-Garonne d'aborder concrètement ces questions qui ont souvent été, selon moi, peu ou mal appréhendées par un parti où les salariés du privé et de l'industrie sont sous-représentés. Au plan national, lors des journées parlementaires à Toulouse, j'avais accompagné Guy Pavan et Denis Parise, syndicalistes tous deux également emblématiques du combat de Villemur, qui avaient accepté d'être auditionnés par la commission des affaires sociales. De quoi remuer les parlementaires et peser sur les débats, avait dit la rapporteuse.
Le Bureau National s'est exprimé récemment sur les Etats Généraux par un communiqué.
Il y a vraiment matière à réfléchir sur ces questions. Et beaucoup à agir pour que les dogmatismes du Medef, qui ont les leviers pour se répandre dans les têtes et la puissance dans certains lieux de pouvoir dont les représentants des salariés sont écartés, puissent être contrecarrés.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article

commentaires