Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 23:07

MonumentStJean_85-39731.jpg

C'était le 1er Aout 1914.

Les cloches de la petite église de Saint-Jean-de-Beugné ont donc sonné le tocsin ce jour là, comme dans toutes les églises du pays.

Il était 16h, nous dit-on. Heure solaire de l'époque ? Les journalistes d'aujourd'hui ne vont pas jusqu'à se poser cette question.

Et moi, je me le demande. Où étaient à ce moment là mes arrières-grands-parents ? Dans les champs ? Lui, au sortir de la sieste, après la chaleur du midi ? A la ferme ? Ont-ils entendu ces cloches ? L'ont-il appris plus tard ? Où ont-ils vu cette fameuse affiche de mobilisation générale ? Les foins, à ce moment là, avaient-ils été faits ?

Quoi qu'il en soit, peu de temps après, un certain Gandrieau, Marie Eugène Joseph, allait quitter sa famille pour rejoindre le 337e Régiment d'Infanterie à Fontenay-le-Comte et aller se faire tuer à Thiaumont, près de Verdun, comme tant d'autres paysans de Vendée et d'ailleurs, un jour de Juin 1916.

J'ai bien aimé cette manière de se souvenir. Plus proche de nous que de formelles commémorations. Elle nous rappelle que  14-18, ce n'est pas une somme abstraite de gens morts dans cette boucherie, mais dans chaque commune, des personnes, qui avaient une vie, pleine de détails précieux, et fragiles.

Hélas, ceci est toujours d'actualité.

N'oublions pas.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Evasions
commenter cet article

commentaires