Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une socialiste de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 12:23


Bon, je me décide.
Il serait bien curieux sur un blog politique de ne pas parler des élections régionales dans les prochains mois. C'est pourtant ce que je compte faire. Silence radio, en tout cas sur la Haute-Garonne et Midi-Pyrénées. Il me semble donc devoir en donner la raison, et qu'on n'en parle plus.
D'un autre côté, je n'ai jamais considéré qu'un blog doive être un déversoir à état d'âmes. Ca ne me semble ni intéressant, ni correct. C'est pourquoi j'ai hésité à écrire ce billet, et c'est pourquoi je serai aussi brève que possible.
Pour emprunter à Benoit Hamon une formule lapidaire qui a fait parler sur twitter, après l'élection européenne qui l'a vu ne pas être réélu, mon état d'esprit au soir du Conseil Fédéral où était soumise la liste finale de Haute-Garonne, élaborée la veille en commission électorale jusque très tard dans la nuit : a connu meilleur jeudi ...
Alors oui, j'étais sidérée et dépitée en même temps que passablement en colère.
Alors oui, j'étais candidate à la candidature sur la liste de Martin Malvy.
Alors oui, je fais partie de ceux dont la candidature a été souhaitée et qui au final sont passés en peu de temps d'une position éligible à la disparition pure et simple.
Alors non, je ne m'étalerai pas ici à en donner les raisons ni à développer ce que je pense de la manière de fonctionner du PS. Ce que j'avais à dire, je l'ai dit, et écrit, à qui de droit, dans mon parti. J'ai expliqué pourquoi, au delà du résultat, j'ai surtout été déçue, tout autant que blessée, de la manière.
Je dois dire que j'ai été touchée d'un certain  nombre de réactions de camarades. Je tiens à les en remercier ici de nouveau très amicalement. Dans ce monde si dur, un peu de respect, d'estime, de camaraderie, d'humanité tout simplement, ça fait du bien.
Je sais que cela peut aussi susciter des commentaires désagréables. Je ne les crains pas, ayant déjà connu de multiples exemples de petites mesquinenies comme de grandioses trahisons. Toute personne qui agit publiquement s'expose à la critique. Tout responsable politique, quel que soit son niveau, s'expose aux commentaires acerbes y compris dans son dos, et tout particulièrement dans son propre camp ! Ce n'est pas bien grave. Il y a tellement d'autres choses qui méritent qu'on y passe de l'énergie qu'il vaut mieux simplement laisser dire.
Je pense aussi qu'il faut être cohérent, savoir tirer les conséquences et faire des choix. La fidélité à ses idées et le respect de son camp, face à la brutalité de l'adversaire, ne veulent pas dire pour autant tout accepter. Je ne suis pas allé voter le 3 décembre en section. D'abord parce que j'étais malade, mais surtout parce qu'il faut tout de même être logique et sans hypocrisie.
Soyons clairs, je l'ai écris, il y a tellement à faire par ailleurs, syndicalement pour ce qui me concerne, que personne ne sera surpris que je consacre en priorité mon temps à ces combats, où je trouve action concrète et fraternité. Je connais des camarades à la cgt qui sont plutôt contents que je ne sois pas happée par la politique, dans un sens...
Mais, je cite un camarade militant socialiste que j'estime et qui se reconnaitra : je méprise le chantage politique et ceux qui le pratiquent. Socialiste je suis, socialiste je reste. Je ne veux pas non plus interférer avec la campagne.
Voilà pourquoi je choisis tout simplement le silence sur ce sujet, en tout cas localement. Car pour le reste, je conserve mon intérêt pour la politique et ma liberté de parole.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article

commentaires

hugues 07/12/2009 12:29


Très juste ce camarade socialiste.


Marie-Agnès Gandrieau 13/12/2009 19:15



Attention quand même, il est un peu étrange, c'est un de ceux qui défendent le non-cumul des mandats ...