Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 13:01

image

C'est apparemment la formule du jour. "Arnaud Montebourg retourne à l'école", et autres variantes du même style. Avec la petite musique moqueuse qui semble aller avec.

Je suis tellement sidérée d'entendre ça partout que me voilà à en parler ici.

Car enfin, mesdames messieurs les journalistes, je ne vous comprends pas.

Est-ce juste une formule vite faite mal faite, utilisée en mode automatique ? Le fait que vous y ajoutiez parfois ces fichus bancs qui nous renvoient maintenant à quelques générations me ferait pencher pour cette hypothèse.

Mais les commentaires sur le mode ironique me donnent à penser qu'il y a autre chose. Seriez-vous donc à ce point ignorants de l'existence de la formation professionnelle ? Mais oui, voyez-vous, très régulièrement, moi aussi, je "retourne à l'école". Bien contente de faire partie des salariés qui ont la chance d'être dans une entreprise qui propose un éventail conséquent de formations. Car oui, il est nécessaire, dans ce monde où les technologies et les métiers évoluent, où il faut être compétitif, réactif, adaptable, d'actualiser ses connaissances ou d'acquérir de nouvelles compétences.

Et je ne parle pas de ceux qui changent de métier, au prix de cours du soir en parallèle de leur activité professionnelle et de leur vie familiale à gérer, ou d'un cursus complètement nouveau à l'occasion d'une reconversion, parfois suite à un plan social. Je ne vois pas là matière à ironie. Au contraire, toutes celles et ceux que j'ai connus dans cette démarche n'ont suscité chez moi qu'une chose : l'admiration de s'affronter à ce défi là.

Mais peut-être ce qui s'applique à des millions de salariés ne s'applique-t-il pas à un ancien ministre ? Peut-être est-il dérangeant de voir quelqu'un ne pas poursuivre une carrière politique à base d'un long tunnel ininterrompu de cumuls de x mandats, dans l'espace et dans le temps ? Je vous l'accorde, ce n'est pas la majorité des cas. Et à vrai dire, je trouve ça bien dommage.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Rénovation
commenter cet article

commentaires