Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 20:55

TrebesMichelBonnery5mai2014.jpg

Tristesse, car cette après-midi, au crématorium de Trèbes, près de Carcassonne, nous avons dit un dernier salut à Michel Bonnery.

Le ciel était bleu, avec quelques panaches de nuages que le vent d'autan étirait.

Avec les camarades qui étaient là, dehors, après la brève et sobre cérémonie, après "Les Copains d'abord", nous avons parlé de politique, d'écrevisses et de cassoulet. Car malgré la peine, voilà bien ce qui nous est venu en pensant à Michel Bonnery.

Socialiste il était, quelles qu'aient été parfois ses opinions sur le PS et donc ses choix, socialiste il restait. Un homme de convictions. Solides. Comme il l'était lui, comme il aurait dû le rester si la maladie n'avait pas fini par gagner.

Une présence, imposante, chaleureuse, tellement humaine. De la convivialité, même après les débats les plus virulents. L'un n'empêchait pas l'autre. Au contraire.

Michel Bonnery a été secrétaire de la section cantonale de Lanta. C'est lui qui m'y a accueillie lorsque nous avons déménagé. C'est à lui que j'ai succédé comme secrétaire de cette section. Il a été directeur de campagne aux législatives de Pierre Cohen sur la 3e circonscription d'alors. Il a été aussi, et peut-être surtout, maire de Tarabel, si attachante petite commune du Lauragais.

primaires2 01

Mais ce que je retiendrai de Michel Bonnery, même si la vie nous a éloignés, ce sont des attitudes, des moments simples, de l'homme et du camarade. Et voyez comme c'est bête, j'ai repensé, en écrivant un mot sur le registre des condoléances, à ce gâteau après une réunion, partagé en section, fait pour nous fêter, "Marie et Franck". Longtemps j'ai gardé à la maison cette pâte décorée en souvenir de ce moment. Bien sûr, j'ai dû un jour me résigner à la jeter.

Mais jamais nous n'oublierons Michel Bonnery.

En sa mémoire, pour Claudine et ses enfants, un chant de résistance, enjoué et triste.

 


Partager cet article

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article

commentaires