Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 18:11

primaires_votez.png

Tant de choses à faire, ici ou là, pour trouver le temps d'écrire, comme celui de concilier des engagements différents, souvent complémentaires, mais parfois tiraillant d'un côté ou de l'autre.

 

Mais 2012 approche. Le sarkozisme montre chaque jour un peu plus son échec, mais chaque jour aussi un peu plus les dégâts qu'il a fait, sur tous les plans, et surtout pour les plus faibles.

 

Pour les socialistes, c'est une responsabilité qui nous impose de répondre présents.

 

Et pour les citoyens de gauche, c'est dès maintenant l'occasion d'agir, de se saisir de la possibilité donnée de décider du candidat du Parti Socialiste et du PRG.

 

Les primaires auraient pu être celles de toute la gauche. Dommage, mais ce sera peut-être pour la prochaine fois, tant ce pas, cela me semble évident, marquera.

 

En tout cas, n'en déplaise à la droite qui a d'ailleurs à peine tenté d'ironiser, l'audience record du premier débat télévisé jeudi soir ne peut que nous encourager, et convaincre ceux qui en doutaient de l'intérêt de cet exercice démocratique inédit en France. Des primaires réussies, c'est la première étape pour une nouvelle page en 2012.

 

Tout le monde peut voter, il suffit de verser au moins 1 euro de participation et de signer un texte d'adhésion aux valeurs de la gauche. Tout ce qu'il faut savoir sur les primaires est sur le site des primaires citoyennes.

 

Maintenant, c'est à vous de décider !

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 21:50

Je sais, cela fait une éternité que je n'ai pas écris ici.

La flamme était éteinte, ou pour le moins si faible que rien ne venait plus.

J'ai pensé un temps qu'il pouvait être utile de faire partager un certain nombre de choses que je vivais, dans mon engagement politique, d'abord, puis dans mon engagement syndical, qui peu à peu a pris plus de place dans ma vie, et donc aussi sur ce blog.

Mais faire vivre un blog, sur la durée, même si on aime écrire, ce n'est pas simple.

Je me suis interdit certaines choses. Par exemple, une simple compilation d'articles écrits ailleurs, ce qui est assez rapide, mais dont je ne voyais pas bien l'intérêt. Mais aussi, à l'inverse, de raconter sans filtre, par exemple, le contenu de réunions internes. Au nom de la transparence, que de choses répandues sur internet, qui jamais n'auraient dû s'y trouver. Entre l'intérêt que peut avoir l'information et cette sorte d'auto-censure, difficile de trouver l'équilibre.

Ayant fait le choix de privilégier mon engagement syndical et de prendre en conséquence pas mal de recul dans mon engagement politique, je me suis retrouvée confrontée à une autre difficulté : comment gérer sans ambiguité cette évolution ? J'ai toujours le souci de ne pas faire de mélange inapproprié entre les deux. Ces engagements sont liés, ils doivent selon moi s'enrichir et se servir l'un à l'autre, mais ils sont distincts.

C'est la raison sans doute pour laquelle j'ai suspendu mes publications.

Et puis, écrire, même si c'est un plaisir, c'est du temps. Pris sur autre chose, forcément.

J'ai eu un moment le sentiment qu'il était plus important d'agir, que de dire. Qu'il y avait plus concret et plus utile à faire.

Mais voilà, cela fait un petit moment que ça me retracasse.

Et hier soir, j'étais à Villemur-sur-Tarn, invitée par les MOLEX à la séance du soir de la projection du film de José Alcala, "Molex, des gens debout" qui sera diffusé sur Arte en janvier. Etait aussi présenté le livre de photos et de témoignage d'Eric Cabanis.

Et là, entre émotion et colère toujours intacte de ce gâchis humain et industriel, je me suis dit que, peut-être, moi aussi, à ma place, je devais témoigner, de cela et du reste.

Alors voilà, je ne suis pas sûre que j'y arriverai, mais enfin, la souris rose prépare son retour.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Ce blog
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 18:21

navion.jpg

Pour les lecteurs du Nord, qui commence comme chacun sait ici à Toulouse juste au dessus de Montauban, je ne peux résister à faire partager une image de cette fin de journée, qui ces temps ci est devenue assez rare.

Mais oui ce charmant vrombissement, c'est un navion avec un grand N !

Bien gros, serait-ce un A380 avec son délicat bruit qu'on entend de l'autre bout de l'agglomération après son décollage de Blagnac ?

A Toulouse, Nougaro l'a chanté, les avions sont plus beaux. Et toc.

C'est vrai que le monde contrarié dans sa frénésie de déplacements et les chants des oiseaux à la place des moteurs, ça ne peut durer trop longtemps ! Je ne vous parle pas des impacts financiers sur les compagnies aériennes et des problèmes pour les entreprises, Laurence Parisot l'a dit, alors ça doit bien être vrai et très grave.

Bon, d'accord, je ne sous-estime pas les complications que cela peut créer à beaucoup de gens. Mais enfin, à longueur de journal TV, à la place d'un tremblement de terre en Chine ou d'attentats ici ou là, ça commence à faire un peu beaucoup, non ? Un autre modèle de développement, sortir des logiques financières ... On dirait qu'il y a du boulot.

Allez, tiens, un 2e passage tant qu'à faire ...

navion2.jpg

 

 

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Couleur locale
commenter cet article
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 22:48

Tribunal, plan social, Molex, Freescale, Préfecture, Direction du Travail,... il y a des moments où au lieu d'utiliser ces mots là tous les jours et de fréquenter si souvent ces lieux on aurait envie de prendre des chaussures de course à pied roses pour n'entendre parler que de sentiers printaniers et de nature ensoleillée.

Seulement, derrière ces mots, il y a des gens, camarades ou inconnus, tous confrontés à la même sorte d'injustice et parfois de galères.

Jamais je ne pardonnerais à ceux qui dans de lointains bureaux aux comptes en banques bien remplis décident ainsi du sort de tant de gens.

Mais j'espère que jamais je ne renoncerais à croire en l'action collective pour changer les choses.

 Lundi fatigue et tensions se ressentaient chez Freescale où j'étais de nouveau pour une réunion syndicale. Lundi les lettres de licenciements arrivaient chez les élus et délégués des ex Molex.

Mais lundi aussi à Basso Cambo se préparait le rassemblement d'hier au TGI.

Mardi à Labinal à Villemur les salariés étaient en grève pour leurs salaires et contre les délocalisations qui les menacent.

Hier soir à Villemur se tenait une assemblée générale des anciens de Molex qui décidaient des modalités de leur prochaine manifestation toulousaine, le 6 avril, jour où 2 ex dirigeants de Molex sont entendus en correctionnelle pour délit d'entrave au CE.

La CGT appelle à rejoindre les "Molex" le 6 avril à 11h30 devant la Préfecture à Toulouse.

Les élus licenciés seront reçus par le Préfet. Une manifestation partira ensuite vers le TGI où se tiendra une conférence de presse, avant l'audience prévue à 14h00.

Soyons nombreux à les soutenir, pour eux, et pour tout ce qu'ils représentent dans l'exemplarité de leur combat et pour la défense des droits de tous les salariés.

 

Déclaration du syndicat CGT Molex, de l’Union Départementale CGT de Haute-Garonne, de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie-CGT et de l’Union des Syndicats des Travailleurs de la Métallurgie CGT de Haute-Garonne

Un gouvernement au service des licenciements boursiers et des patrons voyous !

Suite à la décision de l’inspection du travail refusant le licenciement des représentants du personnel du site Molex de Villemur sur Tarn aux motifs que la procédure n’avait pas été respectée et que le motif économique n’avait pas été démontré par Molex, la direction avait formulé un recours contre cette décision auprès du ministère du travail qui vient d’annuler cette décision.

Le ministre se range donc du coté des patrons voyous de Molex, malgré toutes les déclarations faites par certains membres du gouvernement jusqu’au plus haut niveau de l’état.

La décision prise par le ministre du travail entérine donc le fait que Molex a bien respecté les procédures malgré tous les jugements rendus contre la Direction et valide aussi le bien fondé de l’argumentation économique malgré le rapport du cabinet d’expertise comptable SYNDEX qui a démontré l’inverse et que personne n’a contesté.

Cette décision remet en cause le code du travail concernant la procédure de licenciement pour raisons économiques, le droit des CE à avoir recours aux cabinets d’expertise comptable ainsi que la justice de notre pays.

Cette décision a de plus été prise sans attendre la tenue du procès au tribunal correctionnel le 6 avril de deux dirigeants du site Molex de Villemur, appelés à comparaître par le procureur de la république, qui devrait faire la lumière sur la préméditation de la fermeture du site sans information préalable du CE.

C’est une décision qui vient bafouer le droit de tous les salariés et en premier lieu ceux de Molex Villemur.

 

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 23:10

Le 25 mars, le juge des référés de Toulouse a donné raison à l'intersyndicale CGT-CFDT-CFTC en ordonnant la suspension du dernier PSE (Plan de Sauvegarde de l'Emploi, vraiment quel hypocrite nom pour un plan de licenciements) de Freescale, de 821 emplois touchant la production. Ce plan conduirait, si rien n'est fait, à la disparition de l'usine de fabrication de Toulouse en 2011.

Le PSE est suspendu dans l'attente de la décision du juge du fond qui se prononcera sur la demande d'annulation de ce même PSE.

L'audience se tiendra demain 1er avril, et ce n'est pas un poisson, à 14h00 au Tribunal de Grande Instance de Toulouse.

L'intersyndicale appelle à un rassemblement devant le TGI à 13h30.

Tous ceux qui veulent ainsi manifester leur soutien aux salariés de Freescale, durement touchés par ce x eme plan social, et qui subissent un climat très difficile, seront les bienvenus.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 23:25

molex_fini.jpgC'est vendredi matin que la nouvelle est tombée.
Le ministère du travail a donc autorisé, contre l'avis de l'inspection du travail, le licenciement des 23 élus et mandatés qui restaient jusqu'ici les derniers salariés de Molex. Les lettres de licenciement devraient suivre dans la semaine.
La décision serait politique, avais-je écris
ici  en faisant un point sur la situation, le jour où les délégués étaient reçus à la direction régionale du travail.
Et bien, nous sommes fixés. Et même plus tôt que prévu.
Etait-il donc si urgent d'en terminer avec les derniers de Molex ? Est-ce un hasard si cette décision arrive peu avant le 6 avril, date à laquelle doivent comparaître en correctionnelle deux des anciens dirigeants pour délit d'entrave au CE ?
Je suis scandalisée et écoeurée.
Molex avait décidé qu'il n'était pas utile que la loi française ou le code du travail s'appliquent, faisant souvent référence à ce qui se passait aux Etats-Unis.
La justice lui a de multiples fois donné tort. Molex avait attaqué l'expert du CE en justice au motif qu'il demandait trop d'informations (on croit rêver en y repensant) : perdu. A l'inverse, le TGI a donné raison au CE contre Molex et ordonné la suspension du PSE dans l'attente d'une justification économique qui n'est jamais venue. Molex qui refusait de payer les salaires l'été dernier après la reprise du travail, suite à une grève longue et à la fermeture mouvementée de l'usine, a été condamné aux Prudhommes. Je ne parle pas des multiples entorses aux procédures, faites d'un bout à l'autre dans ce dossier hors norme.
L'Etat est intervenu pour dénoncer ces comportements. Les mots les plus durs ont été prononcés sur le groupe Molex, y compris par Christian Estrosi, ministre de l'industrie, ou François Fillon, dans une intervention où il avait pris Molex comme mauvais exemple.
Mais l'Etat et ses services, aussi, ont laissé faire, voire accompagné.
Il me revient en mémoire cette période si tendue, où, prenant prétexte de quelques oeufs lancés sur un dirigeant devant l'usine, tout le monde s'est retrouvé de nouveau au tribunal, et Molex a décidé la fermeture pure et simple de l'usine. Comment oublier ces nombreux vigiles privés aux portes de l'usine, interdisant même aux délégués de rentrer prendre la moindre affaire. Il a fallu que l'inspection du travail intervienne une nouvelle fois pour au moins régler un minimum, mais l'usine est bien restée fermée, alors que la justice ne l'avait pas autorisé.
Il me revient aussi cette dure soirée où, le pistolet sur la tempe, les salariés ont mandatés leurs élus pour aller, la mort dans l'âme, signer le PSE en échange d'un accord de reprise minimaliste. Un accord dans lequel l'Etat signait l'acceptation du chantage de Molex, conditionnant la reprise à la signature du PSE avant le soir minuit, l'ultimatum est écrit noir sur blanc. Dans les locaux de la préfecture cette nuit là, Molex pouvait par exemple interdire à l'expert du CE d'assister à une réunion, hors de toute légalité, et avoir gain de cause.
Et maintenant, le ministère cède au recours de Molex.
Il y a vraiment de quoi être en colère.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 23:05
23mars2010_airbus_2.JPG

1er tour des régionales, première indication de la défaite qui s'annonçait pour la droite. Résultat : un déni de réalité des ténors de l'UMP.
2e tour des régionales, la défaite prévisible devient bérézina. Résultat : l'ouverture se fait à droite au gouvernement, puisque les écologistes ont fait un bon score on abandonne la taxe carbonne, puisque la gauche domine largement on donne tous les signes politiques d'un "à droite toutes".
En toute logique sarkoziste, donc.
Le 3e tour, dans ce contexte, serait-il dans la rue mardi dernier ?
Ma foi, à voir la manifestation toulousaine comme à entendre les échos de toutes celles qui ont eu lieu dans le pays, on ne peut sérieusement ignorer l'état de mécontentement qui s'est exprimé là aussi.

23mars2010_airfrance_astrium.JPG

Beaucoup d'éléments jouaient pourtant en défaveur d'une forte mobilisation. La division syndicale d'abord, CGC et CFTC ne s'étant pas joint cette fois à l'appel unitaire, et FO jouant le même jour, mais à part. La couverture médiatique focalisée sur les élections, et annonçant d'avance une mobilisation réduite. Le calendrier des "réformes", cette journée ne se situant pas au moment d'une annonce concrète sur les retraites par exemple.
Une bonne surprise, ont dit du coup les confédérations, avec 800 000 manifestants, au fil de multiples manifestations, importantes partout.
Les chiffres sont souvent sujets à contestation, avec des écarts parfois ridicules. Mais il suffit d'être sur place pour se rendre compte de l'état de mobilisation réel. Et à Toulouse, comme ailleurs, en effet la manifestation a été un succès. La presse d'ailleurs l'a souligné.
23_mars2010_retraites_1.JPG

J'ai remonté une bonne partie du cortège depuis la tête. Je n'ai en effet pas démarré avec mon syndicat, ayant commencé par un détour au Tribunal de Grande Instance pour soutenir les salariés avec l'intersyndicale de Freescale, obligés en catastrophe de venir au TGI pour une audience,  la direction de l'entreprise ayant contre toute attente et toute logique refusé le report demandé. Ca ne leur a pas porté chance, j'y reviendrais...
J'ai ensuite rejoint le parcours de la manif, mais bien trop loin car elle avait finalement à peine démarré, ce qui m'a un peu usé les semelles mais permis de voir pas mal de monde en passant.
Devant étaient comme toujours les plus forts contingents, ceux de la CGT.
La presse a relevé la présence nombreuse des salariés du privé. Il est vrai que les banderolles très diverses (et encore, tout le monde n'a pas de banderolle) témoignaient bien que les salariés étaient bien représentés. Pour ne citer que quelques unes des industries de la métallurgie de Haute-Garonne, les banderolles d'Airbus, de Thalès, d'Astrium, de Latécoère, de Liehberr Aerospace, de Continental, de Microturbo, comme les blouses des anciens de Molex venus en bus, étaient bien visibles.

23mars2010_liebherr.JPG

Dans le secteur public, on a bien senti monter la mobilisation sur les suppressions de postes.
Dans le secteur privé, les retraites inquiètent, mais ce qui a me semble-t-il mobilisé ce mardi c'est surtout l'emploi - avec les plans sociaux, emblématiques ou plus petits, le chômage partiel l'année dernière, la précarité qui monte partout - et les salaires, dans la période où ont commencé les négociations salariales annuelles, avec des mobilisations suivies - dans le groupe Thalès en ce moment, à Liebherr il y a quelques semaines, pour ne prendre que quelques exemples toulousains.
Bref, un 3e tour ensoleillé et prometteur, que le gouvernement ferait bien d'entendre, s'il en est encore capable.
Quant à Freescale, bonne nouvelle aujourdh'ui : le juge des référés a rendu sa décision : suspension du PSE. L'audience sur le fond pour l'annulation du PSE a été reportée au 1er avril.
23mars2010_conti_freescale.JPG

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:02


Pour l’Emploi, les Salaires, les Retraites, les Services Publics :
Manifestation unitaire interprofessionnelle
Mardi 23 mars
Départ : 14h00 place Jeanne d'Arc à Toulouse

Sens du parcours : en direction du Monument aux Morts

La Fédération du Parti Socialiste de la Haute-Garonne appelle l'ensemble de ses militant(e)s et ses élu(e)s à participer massivement à cette manifestation.
Rendez PS : devant la Pharmacie Place Arnaud Bernard à 13h45.

Le 3e tour sera-t-il social ? 

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 22:50

freescale.jpgD'une fermeture injustifiée à l'autre, les dégâts n'arrêtent pas dans l'industrie et s'il y en a qui ne chôment pas, ce sont bien les syndicalistes.

Quelques mois après l'annonce de la fermeture de Molex à Villemur-sur-Tarn est venue celle de la disparition des activités de fabrication de Freescale à Toulouse, avec un plan social de 821 suppressions d'emplois, s'ajoutant aux 236 du précédent touchant CPG, la branche téléphonie du site.

Je n'ai pas eu le temps de revenir ici sur la situation de Freescale, mais j'en reparlerai, car cela mérite à mon avis un éclairage.
Je voudrais juste ce soir attirer l'attention notamment des Toulousains sur la situation, et la conférence de presse qui se tiendra demain vendredi devant l'usine.
Les communications syndicales chauffent de nouveau ces jours ci, en tout cas dans certains syndicats, alors que la pression est mise une nouvelle fois à travers plusieurs licenciements.

Voici le communiqué de presse d'hier de l'intersyndicale CGT-CFDT-CFTC :

L’intersyndicale de l’AG (CGT-CFTC-CFTD) vous invite à une conférence de presse vendredi 26 février 2010 à 14h45.

Nous allons évoquer deux problèmes lors de cette conférence de presse :
- La répression contre les salariés avec une première collègue licenciée par Freescale sans motif sérieux.
- Le plan de licenciement de 821 salariés et notre demande d’annulation du PSE devant les tribunaux.


En ligne d'autres informations sur le site de la cgt Freescale.
Tous ceux qui veulent soutenir ces salariés seront les bienvenus ce vendredi avenue Eisenhower !
Ci-dessous également le communiqué précédent.

Communiqué de presse de l’intersyndicale CGT/CFDT/CFTC de Freescale du 19 février

La décision de Freescale de fermer son usine de Toulouse n’est pas justifiée économiquement. L’entreprise a progressivement cessé ses investissements productifs depuis 10 ans et a programmé cette fermeture de longue date.
Le groupe freescale a été vendu en 2006 à des fonds d’investissement. Cette opération financière s’est soldée par un endettement de 10 milliards de dollars pour le groupe freescale dont la trésorerie s’est trouvée plombée par des traites mensuelles de 50 millions de dollars à rembourser tous les mois.

Préventivement, le groupe Freescale a vidé les caisses de l’entreprise avant de déclarer qu’elle n’était plus viable. En 2007, 102 millions d’euros ont été ponctionnés de la trésorerie de Freescale France pour être transférés à Freescale monde. En 2008, 182 millions d’euros ont à nouveau été ponctionnés.

Les mesures sociales mises en œuvre dans le Plan de Sauvegarde de l’Emploi sont notoirement insuffisantes.
Les mesures de reclassement sont inexistantes. La direction tente de masquer cette carence par la promesse d’un emploi en CDI pour tous. Il ne s’agit en fait que d’un engagement de moyens en termes de formations et d’accompagnement des salariés licenciés par un cabinet de reclassement.
L’âge moyen des 821 salariés licenciés est de 45 ans. 349 d’entre eux auront plus de 50 ans à la fin de l’activité. Prétendre dans ces conditions que les salariés licenciés de Freescale vont retrouver un CDI est une vaste fumisterie.
Les 5 semaines de grève de l’automne dernier ont permis d’obtenir la mise en place de montants planchers. Ces montants représentent un doublement des indemnités pour les plus bas salaires, mais restent très insuffisant pour permettre aux futurs licenciés de faire face à la situation de grande précarité qui les attend.
L’intersyndicale CGT/CFDT/CFTC envisage d’entreprendre un recours juridique pour remettre en cause ce PSE.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 22:59

molex_enlutte_24fev2010.jpgJ'étais ce midi sur l'esplanade Compans-Cafarelli devant la Direction Régionale du Travail pour un rassemblement CGT en soutien aux représentants du personnel de Molex.
C'est que non, Molex, ce n'est pas fini. Les gaulois, comme ils ont aimé à se représenter parfois, sont toujours là, notamment pour veiller à faire respecter une législation que le groupe Molex continue à vouloir ignorer.
Molex voudrait bien en terminer et aurait voulu licencier à fin 2009 les représentants du personnel. L'inspection du travail n'a pas autorisé ces licenciements, mais Molex insiste.
Les élus et mandatés étaient donc, selon la procédure, convoqués ce matin à la direction du travail.
Le soleil était là, le bus aussi, les célèbres blouses avec les autocollants plus ou moins fatigués, les visages familiers après tous ces mois, camarades de la cgt, délégués d'autres syndicats, salariés, avocat, et les médias qui s'étaient encore déplacés. Régionales obligent, les têtes d'affiche du Front de Gauche et NPA étaient aussi de passage.
Moins de monde que dans le coeur du combat, bien entendu. Mais toujours autant de satisfaction devant cette détermination. Et toujours un plaisir de se retrouver pour un apéritif improvisé sur l'esplanade.
Avec le clin d'oeil du contexte politique : Guy sur la liste du Front de Gauche, Denis sur celle du PS, Alexis sur celle du NPA. Mais ce midi, c'était la CGT qui était là, avec tout ce que cela représente y compris de fraternité. Certains de mes lecteurs, camarades socialistes de Haute-Garonne, comprendront particulièrement, je l'espère, ce dont je parle.
Concernant les licenciements des délégués, pas de conclusion en réunion, cela suivra son cours. La décision, si l'on a bien compris, sera prise à haut niveau gouvernemental, donc très politique, une nouvelle fois dans ce dossier.

Ci-dessous le communiqué de presse, base de la déclaration faite par Guy Pavan.

Déclaration du syndicat CGT MOLEX, de la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT et de l’Union Départementale CGT de la Haute-Garonne


MOLEX : la lutte continue pour remettre en cause la justification économique de la fermeture du site de Villemur

 

Le 18 décembre 2009, l’inspection du travail a refusé le licenciement des représentants du personnel, aux motifs :
- Que la procédure d’information/consultation du CE n’a pas été respectée,
- Que le motif économique invoqué par la direction, à savoir la sauvegarde de la compétitivité du groupe, n’a pas été prouvée.

 

La direction a déposé un recours auprès du ministère pour casser cette décision. Les représentants du personnel sont donc convoqués le 24 février à la direction régionale du travail pour la contre-enquête demandée par le ministère du travail.

 

Pour la CGT, le ministère ne peut que confirmer la décision de l’inspection du travail de refuser les licenciements.

 

En effet, de Luc CHATEL en passant par Christian ESTROSI, jusqu’au Président de la République, tous ont jugé l’attitude et le comportement de la direction de MOLEX inacceptable. Et aucun n’a contesté le rapport du cabinet d’expertise SYNDEX, qui démontre qu’il n’y a aucune justification économique à la fermeture du site de VILLEMUR/TARN.

 

Nous rappelons de plus, que 2 dirigeants de MOLEX du site de VILLEMUR, Philippe FORT, directeur du site, et Willy BROSNAN, gérant de la SARL, sont assignés devant le tribunal correctionnel de TOULOUSE par le procureur de la République, le 6 avril 2010 à 14h00, pour entrave au fonctionnement du CE.

 

Pour la CGT, le ministère du travail, pour rester cohérent avec les déclarations du gouvernement,  ne peut que confirmer le refus de licenciement des élus du personnel. Et face à l’attitude complice de PSA avec MOLEX, il se doit d’imposer une table ronde (Etat, syndicats, constructeurs) pour permettre d’amplifier l’activité sur le site de VILLEMUR/TARN.guy_compans_24fev2010.jpg

 


Le 23 février 2010 , à Villemur/Tarn

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article