Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 15:01
Après un 13 Novembre à Paris

De nouveau, un lendemain pesant, de sidération, de rage, de tristesse.

Le coeur en miettes devant tous ces visages de gens dont leurs proches sont sans nouvelles depuis hier soir, qui tournent sur les réseaux sociaux.

Pour les vivants qui affrontent peine et stress, des mots, des dessins, des humains qui se rassemblent dans l'action.

Fluctuat, nec mergitur.

Ecoutons, comme nos coeurs battent.

 

TOUT HASARD

Cela a pu arriver.
Cela a dû arriver.
Cela est arrivé plus tôt. Plus tard.
Plus près. Plus loin.
Pas à toi.

Tu as survécu, car tu étais le premier.
Tu as survécu, car tu étais le dernier.
Car tu étais seul. Car il y avait des gens.
Car c'était à gauche. Car c'était à droite.
Car tombait la pluie. Car tombait l'ombre.
Car le temps était ensoleillé.

Par bonheur il y avait une forêt.
Par bonheur il n'y avait pas d'arbres.
Par bonheur un rail, un crochet, une poutre, un frein,
un chambranle, un tournant, un millimètre, une seconde.
Par bonheur le rasoir flottait sur l'eau.

Parce que, car, pourtant, malgré.
Que se serait-il passé si la main, le pied,
à un pas, un cheveu
du concours de circonstances.

Tu es encore là? Sorti d'un instant encore entrouvert?
Le filet n'avait qu'une maille et toi tu es passé au travers?
Je ne puis assez m'étonner, me taire.
Ecoute

comme ton coeur me bat vite.

Wislawa Szymborska

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Evasions
commenter cet article
9 octobre 2015 5 09 /10 /octobre /2015 21:00
Vive les RTT !

Oui, j'ai vraiment bien profité de cette après-midi de RTT.

Mes patrons étaient là, à se reposer de leur semaine de travail, et à savourer ce soleil d'automne, en s'occupant de leurs affaires humaines. Ils ont ressorti les coussins pour les chaises de la terrasse. Bien sûr, ils l'ont fait pour moi aussi, ils savent combien j'apprécie le confort, maintenant que j'ai un foyer.

Ma patronne a parlé de toi, Martine, et de toi, Lionel. Elle dit qu'elle se souvient encore de ce moment où, en voiture vers Limoges, ils ont entendu à la radio l'annonce de cette loi des 35 heures. 35 heures ??? De sommeil par jour ???!!! Heu... non peut-être pas... Enfin bref, ça l'a marquée, vous savez. Elle apprécie ses jours de RTT, et n'oublie pas à qui elle les doit. Elle sait qu'elle les doit aussi pour une part aux syndicats qui ont négocié à l'époque. C'est d'ailleurs à ce moment qu'elle a commencé son engagement syndical. Les syndicats, elle ne dit pas comme le monsieur sur l'écran du salon, elle dit que c'est utile. Elle a évoqué l'autre soir l'idée que j'adhère à la Confédération Générale des 'Tichats, je n'ai pas bien compris pourquoi, je revendiquais juste mes croquettes, légitimement gagnées par une journée de siestes et de chasse à la musaraigne. Elle m'a parlé de souplesse à avoir, elle est mignonne, mais faut pas pousser, on n'est pas des bêtes à la fin. Pourquoi pas chasser le lézard le dimanche, tant qu'on y est.

Enfin, je ne me plains pas, oh non. J'ai eu mes congés aussi. Oui, ils m'ont même emmenée en Bretagne. J'ai aperçu la mer ! Et là, ma patronne, sûre qu'elle a pensé à ceux qui lui ont donné une 5e semaine de congés payés, et d'autres choses importantes pour là où elle travaille. François Mitterrand, Pierre Mauroy, Jean Auroux, je connais vos noms, et vous dit merci moi aussi. Il a un peu plu en Bretagne et le voyage était long, mais vous n'y êtes pour rien, je le sais.

Mais ce que je me demande, c'est pourquoi elle ne parle jamais ainsi de toi, François, ou de toi, Manuel, ou de toi, Emmanuel. Au lieu de ça, elle grogne ! En ce moment, il y a toute une histoire avec ce code du jeu de la ficelle qui serait trop gros. Trop gros ?! Les moustaches m'en tombent. Tous ceux qui jouent savent bien que c'est parce qu'il y a toutes ces annotations des jurisprudences pour les cas compliqués (Que faire si la ficelle se coince dans un barreau de chaise ? Qui est responsable si la ficelle casse ? Peut-on aller aux Prud'chats si on n'a pas joué avec nous depuis une semaine ? etc etc). En tout cas, je cherche quelque chose dont moi, félin de salariés, je pourrai vraiment me rappeler avec reconnaissance plus tard. Je cherche, mais pour l'instant, je ne vois pas.

Oui, c'était chouette, cette demi-journée de RTT. Miaou.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau
commenter cet article
30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 20:59
Simplification de la fiche de paie : ô JOIE

Ce midi, je déjeunais avec un copain, citoyen curieux de la vie publique mais encarté nulle part.

Un gars normal, quoi.

Par ailleurs salarié dans une entreprise privée, comme moi, oui.

Ce qui est également assez normal, vu la proportion des actifs que cela représente. Je le précise néanmoins, car au vu du profil des militants de certains partis, dont le mien, cela peut paraitre assez exotique.

Il me disait combien il était épuisé, chaque lundi, depuis des années, d'avoir dû compter et recompter tout le WE chaque ligne pour comprendre sa fiche de paie.

Et combien donc il était HEU-REUX de cette mesure de simplification annoncée, mesure tant attendue et espérée, qui allait enfin résoudre tant de problèmes cruciaux.

Son enthousiasme fut à son comble quand je lui appris que la fiche de paie nouvelle formule pourrait inclure en supplément la liste des allègements financés par l'Etat.

Cher B., merci, quel plaisir de partager ici cette joie. Avec des bises.

Bon, sinon, moi, pour tout vous dire, ma feuille de paie, je la trouve plutôt compréhensible.

Et bon, l'avis de la cgt par exemple c'est ici.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau
commenter cet article
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 22:13
Quand Beuvray rime avec fidélité

Que voulez-vous, ici c'est le Sud, et donc ce lundi, c'est bien le Mont Beuvr-é, celui qui pour moi rime avec fidélité, que j'ai une nouvelle fois gravi.

Depuis 2004, c'est un rendez-vous politique annuel où se retrouvent Arnaud Montebourg et les parlementaires de Saône-et-Loire et Nièvre (oui, c'est un bazar là-bas les frontières des départements, je ne vous raconte pas).

Cette année, il prenait une dimension toute particulière. D'une part avec le retrait d'Arnaud Montebourg de la vie politique médiatique du moment. D'autre part avec le calendrier du congrès PS qui fait que Christian Paul, présent comme d'habitude en tant que député de la Nièvre, était cette année aussi le candidat de la motion B au poste de 1er Secrétaire, à quelques jours du vote.

Tout cela justifiait bien ce long trajet vers ce magnifique pays du Morvan.

Verte campagne, blanches vaches, de l'espace, des odeurs, les vieilles pierres de la ville d'Autun, un peu de tourisme le dimanche - et oui, allez y donc voir vous-même. Toujours pas eu le temps de flâner à Chateau-Chinon, damned, ce sera pour une autre fois...

Cet évènement est bien entendu l'occasion de retrouver les camarades de la sensibilité des amis d'Arnaud Montebourg, comme on dit, aka "Des Idées et Des Rêves" aka DIDR.

Après le vote des motions, le moment était idéal pour partager nos analyses des résultats et envisager l'avenir. L'hôtel du Morvan, le lundi matin, est une nouvelle fois un cadre parfait pour une réunion des mandataires départementaux.

Cela fait, nous voilà partis pour le parking du musée de Bibracte, départ de la "randonnée". Mais cette année, pas d'Arnaud en bas. Dans le contexte du moment, c'est Christian Paul qui mène la montée. Les "retrouvailles" se feront au sommet - hé hé oui, il y a un autre accès.

Les journalistes, nombreux, sont fort contrariés de ne pas arriver à extorquer une déclaration de politique nationale à un Montebourg qui, pourtant, avait prévenu qu'il serait silencieux. Silencieux, mais bien là, aux côtés de Christian Paul qui donne du sens à sa candidature.

Le temps est frisquet, mais devant ce splendide panorama, résonnent les mots de majorité d'idées, respect des engagements, démocratie, gauche.

Le pique-nique sorti du sac est bref. Mesdames-messieurs les journalistes, vous étiez déçus, peut-être, mais aussi un peu lourds, à ne pas laisser manger et discuter tranquillement entre nous, sans micro qui traine ou caméra qui filme un saucisson.

Nous, nous étions un peu gelés, mais bien là. Parce qu'en politique, la fidélité, aux idées que l'on défend, aux gens que l'on apprécie, n'est pas forcément vain mot. Et qu'après ces semaines où nous sommes allés défendre un texte au fil de multiples réunions, il n'est pas inutile de reprendre des forces collectives pour cette dernière ligne droite jusqu'à Poitiers.

Alors oui, jeudi, on vote. Ne restons pas immobiles en chemin. Jeudi, pour la clarté, la cohérence, l'éthique, le respect des engagements, rassemblons-nous autour de la candidature de Christian Paul.

 

Dans la revue de presse :

Montebourg et les frondeurs se mettent en scène au Mont Beuvray

Et bientôt ici, mon album du Mont Beuvray 2015 (dès que j'aurai réussi à maitriser la nouvelle interface OB, désolée... #grrrr)

#JeVoteChristianPaul

#JeVoteChristianPaul

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 21:48

29 avril 1945, les Françaises votent (crédit INA)

Le 21 avril 1945, les Françaises votaient pour la première fois.

70 ans. Plusieurs générations, et si peu de temps en même temps au regard de l'histoire.

70 ans après, d'autres droits ont été conquis. Jamais facilement. Et toujours sujets à des tentatives de remises en cause.

70 ans après, des inégalités ont été réduites, mais tant d'autres perdurent.

En politique, encore tellement de chemin à parcourir.

26,9% seulement de député-e-s.

Dans les Conseils Régionaux et maintenant Départementaux, la parité gagnée par la volonté législative de la gauche. Mais seulement 1 femme présidente de Région, 10 femmes présidentes de Conseil Départemental.

Long est le chemin...

Pour en savoir plus :

- Les inégalités entre les femmes et les hommes, 2015, l'Observatoire des Inégalités

- Chiffres clés de l'égalité entre les femmes et les hommes, ministère des Droits des Femmes

 

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 14:54

Ami-e-s lecteurs et lectrices, l'administration de ce blog vient d'être migrée, un peu autoritairement, je dois le dire, par OverBlog.

Heureusement, OB est d'origine toulousaine. Ma conviction de la nécessaire promotion du Made In France et du soutien au réseau local d'entreprises me rend indulgente ...

Cela ne s'est pas trop mal passé, mais a mis un peu le bazar dans le format du blog.

Merci de votre patience, en attendant que je trouve le temps d'y remettre en peu d'ordre.

Et désolée pour la publicité qui s'impose parfois.

Au fait, pas de Jean-Christophe C dans l'équipe OB ? Parce que bon, me faire le coup en pleine activité de congrès PS, tout de même...

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Ce blog
commenter cet article
16 avril 2015 4 16 /04 /avril /2015 12:52

AGPG

Voilà donc revenu le temps du congrès des socialistes.

J'imagine combien, de l'extérieur, on peut trouver cet exercice mystérieux dans son fonctionnement ou décalé par rapport aux difficultés du pays.

Bien sûr, tout cela concerne en priorité les adhérents du Parti Socialiste.

Mais le moment où le parti dont est issue la majorité qui gouverne fixe ses orientations politiques a forcément un impact au-delà de la simple organisation interne.

On peut critiquer le fonctionnement du PS, mais le fait est qu'il repose sur des principes très démocratiques. Le congrès démarre par une première phase de débats autour de textes généraux ou thématiques (les contributions). Dans un deuxième temps, plusieurs textes d'orientation politique (les fameuses motions), sont rédigés et soumis au vote des militants. Le résultat détermine l'orientation majoritaire du Parti. Il détermine aussi la composition de toutes les instances, au niveau national, départemental (les Fédérations) et local (les sections) à la proportionnelle intégrale.

Par exemple, si la motion A obtient 40% au national, 30% dans la Fédération de Haute-Garonne, 20% dans la section de Ici, il y aura 40%, 30%, 20% de camarades soutenant cette motion respectivement au Conseil National, Conseil Fédéral PS31, Commission Administrative de section Ici.

(Oui, comme c'est mon blog, je prends les exemples que je veux, hein.)

Les motions sont proposées avec une liste de signataires, le premier d'entre eux, depuis les réformes statutaires votées précédemment, étant de fait candidat à devenir le Premier Secrétaire.

Inutile de se cacher derrière son petit doigt, ce processus n'est pas exempt d'alliances de circonstances ou de positionnements guidés par des considérations de trajectoires personnelles.

Mais au final, ce sont bien les militants qui, par leur vote, le 21 mai, vont trancher.

Pour ma part, je suis signataire de la motion B, "A gauche, pour gagner!", dont le premier signataire est Christian Paul.

Ceux qui me connaissent n'en seront pas surpris. Ce choix est celui de la continuité de mes engagements au sein du Parti Socialiste.

Je suis heureuse d'y retrouver notamment (mais pas seulement) Benoit Hamon et Christian Paul, qui avec Arnaud Montebourg proposaient, après le choc du 21 avril 2002, de construire un Nouveau Parti Socialiste.

Ce choix est avant tout celui de la conviction qu'une réorientation est indispensable pour réussir la fin du quinquenat. Indispensable pour ceux qui souffrent aujourd'hui dans le pays. Indispensable pour regagner la confiance des électeurs déçus. Indispensable pour rétablir un dialogue fructeux à gauche, condition nécessaire de prochaines victoires.

Est-ce "fronder" (bouh, que je déteste ce mot !) que de dire cela ? Est-ce être un "affreux gauchiste" que de vouloir tenir les engagements de 2012, dans le respect des valeurs que des générations de socialistes ont fait vivre avant nous ? Est-ce être "irresponsable" ou "nuisible" que de tenir compte de ce qu'exprime le pays ? 

Beaucoup de militants sont partis, beaucoup de ceux qui restent sont dans le doute. Tous les sondages du monde ne changeront rien aux résultats électoraux qui se succèdent. L'abstention et l'implantation croissante du FN ne peuvent être balayées d'un revers de manche.

Alors oui, je crois plutôt que c'est le devoir de ceux qui pensent que ça ne va pas de le dire, plutôt que d'aider à appuyer sur l'accélérateur en pensant foncer droit dans le mur, au prétexte d'une unité de façade.

Je m'inscris dans cette motion B parce qu'elle rassemble des gens venus de sensibilités différentes, réunis en pleine cohérence autour du même constat et de la même envie de redonner au PS ses couleurs, de lui voir défendre ses valeurs, et prendre toute sa place, y compris dans son rôle de Parti de gouvernement.

C'est le choix de la clarté et de l'espoir.

Pour rejoindre la liste des signataires, c'est ici.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 20:36

VLG31 4fev2015

A l’initiative des sensibilités se retrouvant dans la démarche Vive La Gauche en Haute-Garonne,

à savoir « Un Monde d’Avance », « Des Idées et Des Rêves », « Maintenant La Gauche » et « Oser plus loin plus vite! »


vous êtes invité-e à une rencontre-débat en présence de


 Benoit Hamon

 (député socialiste et ancien ministre), de


 Marie-Noëlle Lienemann

 (sénatrice socialiste et ancienne ministre) et


 avec l’éclairage sur la situation Grecque de


 Gabriel Colletis

 (Professeur d'économie, Université Toulouse I)


Mercredi 4 février 2015


 à 20:30 Salle Osète à Toulouse

 

6 rue du Lt-colonel Pélissier, Toulouse (Métro Capitole)

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 11:16

visuelMarcheRép

Ensemble, une marche silencieuse pour défendre les valeurs de la république.

Ni drapeau ni banderole.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 21:39

Toulouse8Janvier2015 

Je ne sais pas bien dessiner.

Et même si je savais, je crois que je ne pourrais pas.

Alors, pour se laver l'esprit, pour ces 12 morts, pour mon pays meurtri, pour ces gens qui défendent la liberté dans le monde entier, pour se faire chaud au coeur, une poésie que j'aime, un ordre du jour qui me semble tout particulièrement nécessaire en ces jours sombres.

Ordre du Jour 

Tenir l'âme en état de marche

Tenir le contingent à distance
Tenir l'âme au-dessus de la mêlée
Tenir Dieu pour une idée comme une autre
un support, une éventualité,
une contrée sauvage de l'univers poétique
Tenir les promesses de son enfance
Tenir tête à l'adversité
Ne pas épargner l'adversaire
Tenir parole ouverte
Tenir la dragée haute à ses faiblesses
Ne pas se laisser emporter par le courant
Tenir son rang dans le rang de ceux qui sont décidés 
à tenir l'homme en position estimable
Ne pas se laisser séduire par la facilité
sous le prétexte que les pires 
se haussent commodément au plus haut niveau
et que les meilleurs ont peine à tenir la route
Etre digne du privilège d'être
sous la forme la plus réussie: l'homme.
Ou mieux encore, la femme.

Jean-Pierre Rosnay

Et puis, à propos de femme, une qui sait manier les mots, la formidable chronique de Sophia Aram ce matin, qui m'a émue aux larmes.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Evasions
commenter cet article