Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Une souris rose
  • Une souris rose
  • : Chroniques ordinaires d'une militante socialiste rénovatrice de Haute-Garonne.
  • Contact

Paroles

On est socialiste à partir du moment où l'on a cessé de dire « bah,  c'est l'ordre des choses et nous n'y changerons rien », à partir du moment où l'on a senti que ce prétendu ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d'égalité et de solidarité qui vit en nous.

Léon Blum

Rechercher

http://agauchepourgagner.fr

20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 14:51

Me revoilà sur le blog. Pardon à ceux qui viennent ici régulièrement, mais entre congés de fin d’année et reprise chargée, j’ai dû délaisser quelque peu  internet.

L’engagement est un drôle de chemin, et en particulier celui du militant politique. Fait parfois, pourquoi ne pas le dire, de découragements, de déceptions, d’idées salies par les luttes de pouvoir, et de mesquineries humaines. Mais aussi de belles rencontres, de moments exceptionnels, de petites et de grandes découvertes, et du sentiment réconfortant de participer à améliorer le monde plutôt que de le subir.

En ces jours de janvier, mois de vœux et de promesses, quelques mots à partager, un peu -  mais pas tant que cela - en dehors du discours politique.

A la mémoire de Sandra, dont l’énergie révoltée nous manque. De Fred, qui bien sûr accompagne nos vies, et de mes grands-parents, qui seraient fiers du chemin parcouru par une petite fille de paysans.

Pour une année 2007 heureuse, avant tout pour Franck, pour Sophie et les filles, pour mes parents, mes beaux-parents et ma famille, pour ceux que j’aime et que j’estime.

A tous les camarades de bonne volonté, pour une année solidaire et victorieuse. Et en particulier à tous ceux qui persévèrent à faire émerger un parti socialiste rénové, malgré les lourdeurs et les blocages.

Enfin à vous, amis lecteurs qui me faites le plaisir de passer par là, une très bonne année.

Un poème de Jean-Pierre Rosnay, en ligne aussi sur le Club des Poètes.

Ordre du Jour

Tenir l'âme en état de marche

Tenir le contingent à distance
Tenir l'âme au-dessus de la mêlée
Tenir Dieu pour une idée comme une autre
un support, une éventualité,
une contrée sauvage de l'univers poétique
Tenir les promesses de son enfance
Tenir tête à l'adversité
Ne pas épargner l'adversaire
Tenir parole ouverte
Tenir la dragée haute à ses faiblesses
Ne pas se laisser emporter par le courant
Tenir son rang dans le rang de ceux qui sont décidés
à tenir l'homme en position estimable
Ne pas se laisser séduire par la facilité
sous le prétexte que les pires
se haussent commodément au plus haut niveau
et que les meilleurs ont peine à tenir la route
Etre digne du privilège d'être
sous la forme la plus réussie: l'homme.
Ou mieux encore, la femme.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Evasions
commenter cet article
17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 22:55

Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur, président de l’UMP, et maintenant, après un insoutenable suspense, candidat déclaré : que voilà un bien dangereux cocktail. Le PS a dénoncé à plusieurs reprises le mélange des genres conduisant à utiliser les moyens de l’état, sous prétexte d’activité gouvernementale, pour ce qui est bel et bien une campagne électorale. Un exemple en est donné par un récent déplacement en Saône et Loire, contre lequel Arnaud Montebourg, député de ce département, s’est insurgé, ainsi que l’UDESR qui a fait constater par huissier les  moyens utilisés (dépêche AFP sur le site RM).

Le « Canard Enchaîné » de cette semaine souligne un autre problème, tout aussi troublant. Avant deux scrutins majeurs, il n’y aura pas comme cela se fait d’habitude de campagne grand public pour inciter à l’inscription sur les listes électorales. Pourtant, même si les jeunes sont maintenant inscrits d’office, la CIDEM (association Civisme et Démocratie) estime que plus de deux millions de français ne sont pas inscrits, « souvent par oubli ou négligence suite à un déménagement ». Une étude présentée fin novembre à l'Assemblée allait même jusqu'à une estimation de cinq millions. D’après le « Canard », la campagne institutionnelle d'incitation était bien prévue, mais aurait été annulée en Septembre par le cabinet du ministre de l’intérieur. Service minimum avec envoi d’affichettes aux collectivités. Toujours d’après le « Canard », un proche de Sarkozy aurait avoué « il n’était pas dans l’intérêt du ministre de faciliter l’inscription sur les listes électorales »…

Mais enfin, la démocratie va-t-elle supporter cela longtemps ?

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 22:07

Le Bureau Fédéral de vendredi dernier a marqué le début d’une nouvelle période, tournée vers les échéances de 2007, présidentielle et, dans la foulée, législatives. Ambiance particulière pour ce premier BF depuis bien (trop) longtemps, juste après l’investiture.

Une première mouture de l’organisation de campagne a été présentée par Kader Arif, premier fédéral, sur la base d’une circulaire nationale co-signée par Arif Kader, secrétaire national aux fédérations… Le Bureau Fédéral, élargi à divers représentants, deviendrait le comité départemental de campagne. La campagne s’articulerait sur le terrain avec celle des législatives, en lien également avec Désirs d’Avenir. Ca continue à cogiter, et le dispositif final sera présenté au Conseil Fédéral de jeudi prochain.

Ségolène Royal l’a dit, sa campagne sera participative. Parce que, comme nous rénovateurs l’avons défendu depuis 2002, elle met en avant la nécessité de réconcilier les citoyens avec la politique. D’abord en donnant la possibilité de prendre la parole pour donner son avis. Puis en prenant la peine d’entendre cette parole et d’analyser ce qui en ressort, pour le confronter au projet socialiste et ainsi l’enrichir et l’améliorer. L’ambition est belle, et essentielle. A nous de savoir la faire vivre dans les mois à venir.

S’ouvre donc le temps des forums participatifs, sur quatre thèmes :

-          éducation, formation, accès au premier emploi, nouveau pacte avec les jeunes,

-          lutte contre toutes les formes de violence, sécurité durable,

-          vie chère, pouvoir d’achat, efficacité économique, dialogue social,

-          excellence environnementale, co-développement.

Des réunions seront organisées par le parti dans tous les cantons, rencontres que nous voulons le plus ouvertes possible. Toutes les conclusions des débats seront remontées vers l’équipe nationale et une synthèse sera présentée publiquement par Ségolène Royal en Février.

Pour lancer cette nouvelle étape, « tous sur le pont » a dit le national ! C’est ainsi qu’était nommée l’opération du week-end, qui a vu ici ou là des militants socialistes distribuer des tracts, pour présenter ces débats participatifs - et rappeler également que le 31 décembre est la date limite d’inscription sur les listes électorales.

Vous avez envie de dire votre mot pour participer à ce que nous voulons construire ? Soyez attentifs dans vos communes à ce qui se passe, n’hésitez pas à interpeller les socialistes autour de vous, ou à défaut (car rien ne vaut tout de même une vraie rencontre pour discuter) réagissez sur le site national du PS.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 22:50

La prochaine Assemblée Générale de RM 31 se tiendra le 13 décembre, à 18h30, à la fédération. Un courrier sera adressé aux adhérents.

L'AG a été avancée d'un jour car le prochain Conseil Fédéral aura lieu le 14 décembre.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 22:41

Bonne nouvelle : le Tribunal Administratif de Toulouse s’est prononcé, la famille a quitté le centre de rétention ce jour vers 17h00 et le tribunal a demandé au préfet d’accorder une autorisation de séjour provisoire, pour raisons de santé.

La vigilance reste nécessaire pour la suite. D’autant qu’une 2e famille de la même école est dans un cas similaire.

Le rassemblement de demain samedi à 11h00 est maintenu.

 

 

 

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 23:16

Une information de RESF 31, relayée par le PS 31.


Le Réseau Éducation Sans Frontières 31 est constitué par des  organisations syndicales et associatives, des collectifs, est  soutenu par des organisations politiques et regroupe des personnels  de l’Éducation Nationale, des parents d’élèves, des militants et  des élèves qui militent pour aider à la régularisation des jeunes  sans papiers scolarisés sur l’agglomération toulousaine. Il fait  partie du Réseau Éducation Sans Frontières (RESF) qui s’est crée en  juin 2004 et qui regroupe des collectifs sur la France entière. Ce  réseau est constitué et soutenu par une centaine d’organisations,  associations, syndicats, collectifs.

Toulouse, le 30 novembre 2006

ANTONIO, 3 ans, et ses parents sont toujours en rétention !

Cette famille, interpellée hier matin à son domicile fait l'objet  d'une mesure de reconduite à la frontière sur décision du Préfet de  la Haute-Garonne alors que des éléments, sur l'intégration de cette  famille et sur la santé du jeune Antonio n'ont pas été pris en  compte par l'administration.

Malgré de nombreuses réactions adressées au Préfet et une  mobilisation grandissante du Réseau Education Sans Frontière,  l'administration reste inflexible.

De plus nous apprenions hier qu'une mère de famille soutenue par le  RESF31 se cache depuis la semaine dernière, après la visite de la  police à son domicile. Sa fille est scolarisée, comme Antonio, à  l'école Buissonière. Cette tentative d'interpellation s'est  déroulée le lendemain de notre rencontre avec le Directeur de  Cabinet du Préfet.

Plus que jamais, afin de marquer notre refus face à ces pratiques  et affirmer notre soutien à l'ensemble des familles aujourd'hui  menacées nous vous appelons à vous mobiliser.

Vendredi 1er décembre - 15H

Audience publique au Tribunal Administratif de Toulouse

68, rue Raymond IV

(le Tribunal va statuer sur la légalité de la mesure de reconduite  à la frontière  d'Antonio et ses parents)

Samedi 2 décembre - 11H

Manifestation de la Place Esquirol à la Place St Etienne

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Actions
commenter cet article
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 13:32

La prochaine Assemblée Générale de RM 31 se tiendra le 14 décembre, à 19h00, à la fédération. Un courrier sera adressé aux adhérents.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 12:34

J’étais dimanche à Paris pour participer comme déléguée de Haute-Garonne au congrès d’investiture. Ni suspense ni enjeu cette fois. Un long trajet Toulouse-Paris, heureusement coupé par une halte dans mon Limousin natal, juste pour être là, au cœur de cette journée particulière, et honorer ainsi le mandat confié au congrès du Mans. Les caméras aussi étaient là, nombreuses. Des vidéos sont en ligne sur le site du PS, avec les textes des interventions. Un aperçu plus bas.

Mon congrès à moi, c’est une multiplicité d’impressions, pour une grosse journée et quelques heures dans cette fameuse salle de la Mutualité.

Arrivée vers 10h30, première vision du crâne de François Hollande, dehors, entouré d’une nuée de caméras. Juste le temps de récupérer mon badge dans la cohue des délégués et de gagner la place gentiment gardée par mes camarades. La Haute-Garonne aux premières loges, les orateurs de profil, la brochette des « stars », François et Ségolène, Dominique et Laurent, et les représentants étrangers, de biais un peu derrière nous. De quoi observer de près émotions, sourires et crispations. Bien humain, tout cela.

La jeune Barbara Romagnan et le moins jeune Pierre Mauroy co-animent. La rénovation, et l’héritage de 1981… Le symbole n’est pas très léger, mais bon.

Lionel Jospin n’est pas là, dommage, mais tant pis, la vie continue.

Interventions de Patrick Bloche et Bertrand Delanoé. Puis François Rebsamen pour « un moment de poésie », l’annonce des résultats. La meilleure nouvelle : 280 000 adhérents, 220 000 inscrits au vote, près de 82% de votants.

Ambiance « joyeuse et grave », selon les mots de François Hollande. Je l’ai ressenti aussi, ce moment charnière, où finalement rien ne se passe, si ce n’est mesurer le chemin parcouru, mais aussi la difficulté de ce qu’il reste à faire.

Drôle d’impression, en levant mon badge rouge dans cette salle chaleureuse. Je me suis revue au Mans, levant mon carton, mais pour m'abstenir dans une immense salle glaciale. Bien seuls étions nous alors, rénovateurs défendant la ligne qui nous semblait juste. Nous n’avons pas changé d’idéal, mais nous avons fait le choix d’un rassemblement qui peut nous permettre de rejeter la droite et de faire, espérons le, progresser les socialistes par la rénovation. Je suis fière que nous ayons ainsi agi au Mans, et satisfaite de voir les socialistes se rassembler derrière leur candidate.

« Ségolène », « présidente ! » de nombreuses fois, de longues minutes. Drapeaux du MJS agités au balcon, applaudissements en cœur des délégués en bas.

Ségolène Royal s’avance ensuite pour son intervention. Souriante, radieuse même. Emue sans doute, devant le micro, mais transmettant quelque chose, autre chose qui en ringardise beaucoup d’un seul coup, Sarkozy pour commencer. Frêle et déterminée. Tant mieux, car elle l’a dit elle-même, elle en aura besoin, et nous aussi.

Un discours de femme, peut-être bien, qui sans doute déconcerte nos esprits habitués à l’éloquence masculine.  Rien de différent pour l’instant de sa campagne interne, si ce n’est la volonté de mettre le parti au boulot ! Allez hop, militants, élus, faites vivre cette démarche, allez rencontrer les gens, remontez moi ce qu’ils disent, leurs souffrances, leurs espoirs. Fini de rire, la candidate est en campagne !

La sono est poussive, un technicien vient intervenir sur la jupe de l’oratrice. « Ce n’est qu’un micro », lance-t-elle avec humour. Rires. Décidemment, rien n’est habituel.

Nous n’entendrons jamais la vidéo du président du PSE. Mais en revanche les mots d’autres socialistes, portés dans cette salle pour rappeler notre internationalisme, et aussi dire, ce dont peut-être nous n’avons pas toujours conscience, ce que notre candidate incarne. Les messages de Romano Prodi, de Jose Luis Zapatero notre voisin. La présence de députés chiliens. J’ai beaucoup aimé, comme d’habitude, Yvette Roudy, buvant du petit lait en lisant les mots de soutien de Michelle Bachelet. Yvette Roudy, ministre de Mitterand, « sans qui rien n’aurait été possible ». J’ai apprécié Georges Papandreou, président de l’internationale socialiste, disant en français qu’il partage cette exigence de faire de la politique autrement et cette démarche de démocratie participative. J’ai découvert avec plaisir Elio Di Rupo, leader des socialistes belges, parlant du renouveau, de l’espoir que notre candidate et les socialistes français représentent. Un discours chaleureux, plein d’énergie et d’envie de victoire. J’ai peu aimé Jean-Michel Baylet, intervenant pour le PRG, dans cette posture de tribun dont je suis un peu lassée. Mais un plaisir : l’entendre remercier Ségolène d’avoir ouvert le chantier de la 6e République. Promis, j’achèterai la Dépêche demain…

Et plusieurs fois, l’hommage à François Hollande, pour avoir mené ainsi le parti à cette investiture. Je n’ai pas toujours dit ça de mon premier secrétaire, mais cette fois encore, comme à Toulouse, j’ai trouvé son intervention forte, excellente vraiment de lucidité, d’humour, d’aisance, et d’énergie. Reconnaissons le, c’est dit. L’envie de battre la droite comme moteur, le rassemblement des socialistes et au-delà, de la gauche, comme perspective.

Bella ciao, ciao, pour finir avec les derniers sourires. La bise à Arnaud Montebourg au passage, on s’est vus il y a peu en effet, et voilà le grand air parisien.

Une visite par curiosité à Saint-Nicolas du Chardonnet avec un camarade dont le portable s’est mis à sonner et que je ne dénoncerai pas par charité socialiste… Les retrouvailles avec la délégation 31 à une terrasse bondée, et une table au calme pour reprendre des forces en échangeant quelques anecdotes. Les différences politiques entre nous n’empêchent pas la discussion, tant mieux… Petite digestion, puis direction Austerlitz, pour le train de 16h47. Une sieste dans la voiture 6, un bout de chemin dans la voiture 15 haut-garonnaise, avant de descendre à Limoges, me reposer et me faire nourrir, puis repartir dans la nuit vers Toulouse. Mes pensées vers Sandra qui nous manque, en revoyant notre retour du Mans par cette même autoroute dans la Twingo de Valery. Je me demande souvent ce qu’elle aurait pensé de tout cela.

Ouf, la journée était longue, je vous avais prévenus… bravo à ceux qui ont lu jusqu’au bout.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
25 novembre 2006 6 25 /11 /novembre /2006 16:37

Ce jour 25 Novembre a été institué « journée internationale contre les violences faites aux femmes », en hommage aux sœurs Mirabal, militantes dominicaines, qui furent brutalement assassinées le 25 novembre 1960 sur les ordres du dictateur et chef de l'État, Rafael Trujillo (le site de l’ONU pour ceux qui veulent en savoir plus). Encore une de ces journées alibi qui ne servent à rien ? Voire. Car en parler, dans ce domaine, c’est déjà progresser. Les chiffres qui sont donnés à cette occasion doivent au moins faire réfléchir. Le collectif Midi-Pyrénées pour les droits des femmes, qui appelle à un rassemblement ce jour au Capitole à 16h00, appel soutenu par le PS, en rappelle quelques uns, frappants, si j’ose dire. Ainsi au 21e siècle, une femme sur dix est victime de violences conjugales. Ainsi, en France, tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint. 48 000 femmes sont violées chaque année. 13% des femmes sont agressées verbalement dans l’espace public, 9% au travail. 11% des femmes auront été victime d’une agression sexuelle au cours de leur vie. Peut-on continuer à faire comme si de rien n’était ? Le combat pour l’égalité et les droits des femmes est dans l’histoire des socialistes. Et il est heureux d’ailleurs de constater que de nombreux camarades hommes le partagent naturellement (voir par exemple l’article d’un camarade rénovateur). Mais sur ce plan, nous sommes tout de même encore un parti au modèle dominant masculin, avec parfois en conséquence une tendance à sous-estimer ces questions, ou considérer qu’il faut les laisser à quelques femmes dont ce serait la marotte. Je ne raconterai pas ici les discours limite que j’ai eu la surprise d’entendre parfois en Conseil Fédéral, à propos de la parité, car je veux croire que ces comportements sont ou vont devenir minoritaires. Et n'oublions pas que c'est un gouvernement socialiste, celui de Lionel Jospin, qui a institué la parité. Ni que le PS atteindra cette fois pour les législatives l'objectif de 50% de candidates. Nous pouvons là en être fiers. Je pense en tout cas qu’il n’est pas neutre que notre candidat soit une candidate. Ségolène Royal a rappelé ce jour les avancées des espagnols qui ont voté une loi cadre sur ce sujet. "La France devra faire ce que l'Espagne a réussi à faire", a-t-elle dit. Banco.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Socialiste
commenter cet article
19 novembre 2006 7 19 /11 /novembre /2006 23:37

Le 7e forum citoyen, organisé par l’association « Citoyens dans la 3e circonscription » et Pierre Cohen, député PS de la circonscription, se tiendra le samedi 25 novembre, à la salle des Fêtes de Ramonville, de 9 à 16 heures. Le thème : « croissance et développements : pour quel progrès social, quel avenir de la planète ». Pour en savoir plus et s’inscrire : le site de Pierre Cohen.

Repost 0
Publié par Marie-Agnès Gandrieau - dans Agenda
commenter cet article